Coronavirus au Royaume-Uni : Le ministre britannique de la Santé présente ses excuses après un tweet « malheureux »

GAZOUILLIS Il avait appelé à se faire vacciner plutôt qu’à se « recroqueviller »

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre britannique de la Santé, Sajid David.
Le ministre britannique de la Santé, Sajid David. — Sajid Javid

Le ministre britannique de la Santé Sajid Javid a présenté ses excuses ce dimanche après avoir laissé entendre que le pays ne devait pas se « recroqueviller » face au coronavirus. Une semaine après avoir annoncé qu’il était atteint par le virus, Sajid Javid a déclaré samedi sur Twitter qu’il était « complètement guéri ». Ses symptômes étaient « très légers, grâce aux vaccins incroyables », a ajouté le ministre, qui avait reçu deux doses.

« S’il vous plaît, si vous ne l’avez déjà fait, faites-vous vacciner, alors que nous apprenons à vivre avec ce virus, plutôt que de nous recroqueviller » face à lui, ajoutait-il. Cette réflexion a entraîné une foule de réactions indignées, association de victimes et députés, notamment d’opposition, jugeant ces propos insultants envers les plus vulnérables et compte tenu des sacrifices consentis par les Britanniques pendant les trois confinements successifs décrétés au Royaume-Uni, qui avec 129.000 morts est l’un des pays les plus durement touchés en Europe.

Le tweet a été supprimé

Ce dimanche, Sajid Javid a supprimé le tweet litigieux et reconnu, dans un nouveau message sur le réseau social, un « choix malheureux » dans ses termes et présenté « sincèrement » ses excuses. « Comme beaucoup, j’ai perdu des proches à cause de ce terrible virus et je ne minimiserais jamais son impact », a-t-il ajouté. A cause de son infection au coronavirus, Sajid Javid a été contraint de s’isoler alors que le gouvernement a levé l’essentiel des dernières restrictions depuis lundi en Angleterre, décision controversée même si elle est accompagnée d’appels à la prudence.

Cas contact, le Premier ministre Boris Johnson termine actuellement une période d’isolement de dix jours. Confronté à une explosion des cas attribuée au variant Delta hautement contagieux, le Royaume-Uni a récemment enregistré jusqu’à 60.000 nouveaux cas quotidiens, mais semble connaître ces derniers jours une décrue, sans qu’on sache à ce stade si le pic de cette troisième vague a été atteint.