Barbie, la cinquantaine triomphante

JOUETS CLUB La poupée fête ce lundi ses 50 ans, et même si ses ventes baissent, elle a démontré qu'elle n'était pas qu'une femme-objet...

M.Gr.

— 

no credit

Certaines femmes marquent plus que d’autres le poids de l’âge. Barbie, elle, fête ce lundi ses 50 ans sans une ride au coin de ses yeux bleus. Elle a été présentée pour la première fois le 9 mars 1959 lors du Salon international du jouet de New York, par sa créatrice Ruth Handler, et cette vraie blonde est toujours aussi aguicheuse, n’en déplaise à ses détracteurs (détractrices) qui célébraient dimanche la journée de la femme, émancipée bien sûr.

Mais, en passant, pourquoi tant de haine des féministes du monde entier, pourtant pas élevées aux GI Joe? Barbie est accusée de véhiculer une image de la femme-objet.

«Une pin-up sexuée à habiller et déshabiller»

La sociologue Eliane Perrin, sur lesquotidiennes.com, est bien plus mesurée: «Auparavant, les femmes recevaient de vrais poupons en guise de poupées. Elles apprenaient ainsi à devenir de bonnes mères. L’avènement de la Barbie a modifié en profondeur ce comportement. Les fillettes ont eu entre les mains une pin-up sexuée à habiller et déshabiller. La Barbie a favorisé une projection vers l’avenir qui n’a plus rien à voir avec le geste maternant. Le jeu est depuis lors orienté vers la capacité de séduire, de se relooker.»

Barbie en bleu de mécano, Barbie en pilote de chasse, Barbie en tailleur noir anthracite façon Pat Russo, et même récemment Barbie «Black Canary», la poupée SM, la collection s’est bien éloignée de la somptueuse robe viennoise à la Sissi. Pour la Suissesse Anne Dafflon-Novelle, docteur en psychologie sociale, Barbie est un véritable symbole d’indépendance féminine.

Ken s'est fait casser

Le summum est atteint en 2004, quand selon Mattel qui la commercialise, Barbie rompt avec Ken, le surfeur au brushing impeccable et immuable (essayer de le mettre devant un ventilateur, vous verrez), le laissant seul comme un rond de flan dans son yatch et sa maison de Malibu. Parce qu’il a diffusé une sextape de cette blonde pulpeuse sur la Toile? Nul ne le sait.

Barbie outragée, Barbie coeur brisé, Barbie martyrisée, mais finalement Barbie libérée! Bon anniversaire donc, à la poupée préférée des fillettes, écoulée à près d’un milliard d’exemplaires depuis sa création, icône du XXe siècle, qui a inspiré les plus grands créateurs de mode, les maisons d’édition et le cinéma d’animation.

Et un conseil pour la route. Depuis le début du siècle actuel, les ventes déclinent. Alors même si son tour de hanche est toujours minuscule, il va falloir que Barbie se serre la ceinture. Les critiques, alors, n’auront plus qu’à se rhabiller.