policiers visés par un attentat

— 

L'Irak a annoncé hier le départ de 12 000 soldats américains dans les six mois, accélérant le désengagement des forces américaines, qui doit être achevé à la fin 2011. Cependant, un attentat contre la police en plein coeur de Bagdad a rappelé peu de temps auparavant que l'amélioration de la sécurité en Irak, qui devra reposer de plus en plus sur les forces irakiennes, restait relative. Dans la matinée, au moins 28 Irakiens, en majorité des policiers et des nouvelles recrues, ont été tués et 58 blessés dans un attentat-suicide contre une académie de police à Bagdad. Cet endroit avait déjà été visé le 1er décembre par un attentat-suicide et une voiture piégée qui avaient fait 15 morts et 45 blessés. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière en Irak depuis près d'un mois.

Depuis la signature en novembre d'un accord de sécurité de trois ans entre Bagdad et Washington, le départ des Américains se précise. Ce sont donc 12 000 soldats qui devraient quitter le territoire d'ici à fin septembre. Seuls 35 000 à 50 000 militaires devraient rester en Irak jusqu'à fin 2011. ■