Etats-Unis : Joe Biden envoie la numéro deux de la diplomatie américaine en Chine

DIALOGUE Avec cette visite, le gouvernement américain espère dénouer certaines tensions avec la puissance rivale

M.F avec AFP
— 
Wendy Sherman, l'actuelle numéro deux du département d'Etat américain
Wendy Sherman, l'actuelle numéro deux du département d'Etat américain — Yonhap News/Newscom/SIPA

Une réconciliation sera-t-elle possible ? La vice-secrétaire d’Etat américaine Wendy Sherman va se rendre en Chine dimanche et lundi afin d’y rencontrer divers dirigeants chinois. Les réunions se dérouleront dans le nord du pays à Tianjin et l’une d’elles se fera notamment avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

En envoyant la diplomate de plus haut rang du gouvernement de Joe Biden, le gouvernement américain entend « promouvoir les intérêts et valeurs américains tout en gérant de manière responsable la relation » avec la puissance rivale, « dans le cadre des efforts en cours de la part des Etats-Unis pour avoir des échanges francs », a déclaré mercredi le département d’Etat dans un communiqué.

Des relations particulièrement tendues depuis mars

Les deux grandes puissances sont engagées dans une confrontation acharnée, que le président des Etats-Unis présente comme une compétition mondiale entre les autocraties et les démocraties. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s’est entretenu en mars avec ses homologues chinois en Alaska, lors d’une rencontre tendue qui a donné lieu au grand déballage de toutes les divergences irréductibles entre Washington et Pékin, sur les droits humains, le sort des musulmans ouïghours en Chine ou encore de Hong Kong.

A Tianjin, Wendy Sherman « évoquera les sujets sur lesquels nous avons de graves inquiétudes au sujet du comportement de la Chine, mais aussi les sujets sur lesquels nos intérêts convergent », a dit le département d’Etat. L’administration Biden affirme vouloir continuer à coopérer avec Pékin sur les grands défis mondiaux comme la lutte contre le réchauffement climatique, la gestion de la crise sanitaire ou les sujets liés au désarmement.