Pour le couple Sarkozy, il y a le soleil, la mer et Florence Cassez

MEXIQUE Reportage par notre envoyé spécial à Mexico...

Vincent Vantighem, envoyé spécial à Mexico

— 

C’est ce qu’on appelle joindre l’utile à l’agréable. Alors que sa visite officielle ne doit débuter que lundi matin, Nicolas Sarkozy est au Mexique depuis deux jours. En compagnie de son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, il aurait pris ses quartiers dans une résidence de luxe du sud ouest mexicain.

Gêné par ce que les médias appellent le retour en force du «bling-bling», l’Elysée refuse pour le moment de commenter les rumeurs qui circulent. Notamment si le président est bel et bien allé sur la célèbre «plage d’or», comme les plus grands milliardaires mexicains…

Déjeuner informel

Seule certitude, Nicolas Sarkozy devrait se rapprocher de Mexico City dans la journée. Lui et Carla ont rendez-vous vers 13h30, heure locale, dans une hacienda à 1h30 de la capitale. Un déjeuner «informel» avec le président Calderon est en effet prévu. Les deux couples présidentiels devraient notamment évoquer le sort de Florence Cassez, condamnée en appel à 60 ans de prison mardi dernier, pour une série d’enlèvements.

Néanmoins, il n'y aura pas plus d'information aujourd'hui, les deux présidents souhaitant d'exprimer ensemble sur le sujet, lundi, lors d'une conférence de presse officielle.

Dimanche après-midi (cette nuit en France), les deux présidents, avec leurs épouses, ont prévu de se rendre aux pyramides de Téhotihuacan pour une visite privée. Le site sera entièrement bouclé.

Transfert en vue?


Vendredi, l’Elysée faisait déjà savoir qu’il travaillait à son «transfèrement». Si tel était le cas, la Nordiste de 34 ans pourrait rentrer en France où sa peine serait commuée en 20 ans de prison. Frank Berton, son avocat, attend autre chose de Nicolas Sarkozy. «Je suis resté en France car elle a un meilleur avocat que moi en la personne de Nicolas Sarkozy, nous a-t-il confié. Le Président Français a toute latitude pour réclamer une grâce au président Calderon…»

Depuis sa prison de Tepepan, Florence Cassez, elle, attend toujours. Elle n’a pas prévu de faire part de sa décision avant la fin de la visite de Nicolas Sarkozy, lundi soir. Si le président Français n’obtient pas sa grâce, il se murmure qu’elle demanderait son extradition en France. Pour cela, elle devrait toutefois reconnaître sa participation dans trois enlèvements, ce qu’elle a toujours nié depuis trois ans.