Omar el-Béchir parade au Darfour

INTERNATIONAL Le président soudanais est sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale...

Avec agence

— 

Le président soudanais Omar el-Béchir est arrivé dimanche au Darfour, quatre jours après le mandat d'arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes dans cette région de l'ouest soudanais.
Le président soudanais Omar el-Béchir est arrivé dimanche au Darfour, quatre jours après le mandat d'arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes dans cette région de l'ouest soudanais. — Khaled Desouki AFP/Archives

Le président soudanais Omar el-Béchir est arrivé dimanche au Darfour, région en proie à la guerre civile depuis 2003, quatre jours après le mandat d'arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes dans cette région de l'ouest soudanais. Sa visite à El-Facher et Nyala, les deux grandes villes du Darfour, ressemble à de la provocation.

"La CPI, les juges et le procureur sont tous sous mes souliers", a-t-il lancé dimanche avec dédain, vêtu d'un costume vert safari.

Simili déclarations de guerre

La CPI a délivré le 4 mars un mandat d'arrêt contre Omar el-Béchir pour crimes de guerre et contre l'humanité au Darfour, mais ce dernier y a répondu avec véhémence et a décidé d'expulser 13 des plus importantes ONG actives dans cette zone, où le conflit a fait 300.000 morts selon l'ONU - 10.000 selon Khartoum, ainsi que plus de 2,7 millions de déplacés.

Les pays occidentaux "nous ont dit que si nous permettions aux ONG de poursuivre leur travail, la décision de la CPI allait être suspendue. Mais nous avons refusé", a affirmé le président soudanais qui a ajouté: "J'ai un message pour toutes les missions diplomatiques présentes au Soudan, les organisations non gouvernementales (ONG) et les Casques bleus. Ils doivent respecter les lois locales sinon ils seront expulsés du pays sur le champ".