Coronavirus en Australie : Une Britannique se vante d’être nue et sans masque, elle est expulsée

POLEMIQUE L’éditorialiste britannique Katie Hopkins est une habituée des polémiques, notamment sur les restrictions anti-Covid

20 Minutes avec Agences
— 
L'Australie a été contrainte de se reconfiner.
L'Australie a été contrainte de se reconfiner. — Mikko Robles/Speed Media/Shutter

L’Australie a annulé le visa de l’éditorialiste britannique Katie Hopkins, habituée des violentes polémiques : celle-ci s’est vantée d’avoir esquivé les règles très strictes de quarantaine en vigueur sur l’île-continent, a indiqué lundi la ministre australienne de l’Intérieur. Selon un média local, Katie Hopkins est arrivée à Sydney pour participer à une émission de télé-réalité. Elle a posté une vidéo sur Instagram affirmant ouvrir nue et sans masque la porte de sa chambre d’hôtel au personnel lui livrant ses repas.

Or la plupart des personnes arrivant en Australie doivent respecter une période d’isolement de quatorze jours dans un hôtel, dans le cadre de strictes mesures de lutte contre la propagation du Covid-19. La ministre de l’Intérieur Karen Andrews a expliqué que la police des frontières avait « agi rapidement pour s’assurer que le visa grâce auquel (Katie Hopkins) a pu entrer était annulé » après la publication de la vidéo. « Nous allons la faire sortir du pays aussitôt que nous pourrons l’organiser », a-t-elle précisé sur la chaîne publique ABC. « C’est clairement quelqu’un que nous ne voulons pas garder dans ce pays une minute de plus que nécessaire ».

« Un camouflet pour tous les Australiens »

L’éditorialiste britannique a suscité des controverses en tenant des propos considérés comme racistes, anti-islam et anti-migrants et elle critique régulièrement les restrictions anticoronavirus, en particulier les confinements. Selon la ministre, elle avait obtenu un visa grâce au soutien du gouvernement d’un Etat australien au motif que sa venue pourrait représenter un bienfait économique pour le pays. « Le fait qu’elle se vante d’avoir enfreint la quarantaine est épouvantable », a souligné Karen Andrews. « C’est un camouflet pour tous les Australiens qui sont actuellement en confinement et c’est tout simplement un comportement inacceptable. Donc, à titre personnel, je suis extrêmement ravie qu’elle parte ».

Quelque douze millions de personnes vivent sous le coup d'un confinement en Australie (31.771 cas, dont 913 morts) pour tenter d’empêcher la propagation du très contagieux variant Delta du coronavirus​. Le nombre de personnes autorisées à entrer dans le pays est également extrêmement limité, bloquant à l’étranger des dizaines de milliers d’Australiens.