Coronavirus : « Eradiquer la variole aurait été impossible avec la désinformation actuelle », estime Anthony Fauci

EPIDEMIE La semaine dernière, Joe Biden a accusé Facebook de véhiculer de fausses informations sur les vaccins et de «tuer des gens»

20 Minutes avec AFP
— 
Anthony Fauci, le 5 avril 2020, à Washington.
Anthony Fauci, le 5 avril 2020, à Washington. — AFP

Critiquant les médias véhiculant des fausses informations sur les vaccins, le conseiller anti-Covid de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a estimé, ce samedi, qu’«  éradiquer la variole et la poliomyélite aurait été impossible avec la désinformation actuelle ».

Le scientifique s’exprimait quelques jours après la passe d’armes entre Joe Biden et Facebook, le président américain accusant le réseau social de véhiculer de fausses informations sur les vaccins et de « tuer des gens ».

Scepticisme à l’égard de la vaccination

Facebook avait balayé ces critiques, se targuant plutôt de « sauver des vies » avec des mesures qui permettent, selon le réseau social, à ses utilisateurs d’avoir un meilleur accès au vaccin.

Le Dr Fauci répondait à un journaliste de CNN qui lui demandait s’il pensait que « nous aurions pu vaincre la variole ou éradiquer la polio si Fox News avait, nuit après nuit, mis en garde les gens contre ces problèmes de vaccins ». La chaîne Fox News, qui a longtemps soutenu l’ancien président Donald Trump, multiplie sur son antenne les messages de scepticisme à l’égard de la vaccination anti-Covid.

L’objectif de Joe Biden n’a pas été atteint

Après une première vague de vaccinations dans tout le pays, le rythme s’est fortement ralenti aux Etats-Unis. Les cas de Covid-19 augmentent dans les États où les taux de vaccination sont les plus faibles au moment même où le contagieux variant Delta se propage rapidement.

L’objectif annoncé par Joe Biden, à savoir que 70 % des adultes soient vaccinés pour le 4 juillet, jour de fête nationale, n’a pas été atteint. Le scepticisme initial à l’égard des vaccins dans de nombreuses régions des Etats-Unis a évolué vers de l’hostilité, le message anti-vaccins étant amplifié par les théories conspirationnistes régulièrement diffusées par des médias conservateurs.