Confesse-moi ton péché, je te dirai de quel sexe tu es

RELIGION Un théologien publie une étude sur les penchants des hommes et des femmes...

MD

— 

Adam et Eve
Adam et Eve — DR

Il regarde des films pornos en se gavant de bonbons. Elle passe des heures devant le miroir en critiquant ses meilleures amies. Transposée à la réalité, c'est grosso modo ce que révèle une étude publiée par Monseigneur Wojciech Giertych, théologien proche du pape Benoît XVI. Jusqu'au moment du jugement dernier, l'inégalité persisterait entre «les hommes et les femmes qui ne commettent pas les mêmes péchés», explique le religieux, dans un article publié cette semaine par le journal du Vatican que «L'Osservatore Romano».

Les sept péchés revisités

Ses propres observations confirment, selon lui, l'étude du prêtre jésuite Roberto Busa, 96 ans, qui a soigneusement compilé les témoignages reçus dans le confessionnal. «Le contexte culturel produit différentes habitudes, mais la nature humaine demeure», souligne Wojciech Giertych. Ainsi, les hommes préfèreraient s'oublier dans la gourmandise mais surtout le sexe. Tandis que les femmes, elles, auraient plutôt des tendance à la vanité, l'envie et la paresse.

Et comme si le risque de succomber à la tentation n'était pas déjà assez grand, le Saint-siège a eu l'idée de moderniser la liste des péchés l'an dernier. En plus des sept péchés «de base» que sont la luxure, l'avarice, la colère, l'envie, la gourmandise, l'orgueil et la paresse, figurent maintenant les modifications génétiques, la pollution de l'environnement ou encore la gloutonnerie financière. Bref, de quoi repeupler les confessionnaux pour les prochaines années.