Inondations en Belgique : Huit morts et une partie de la ville de Liège en cours d’évacuation

INTEMPERIES La Belgique est actuellement touchée par d’importantes crues provoquant de nombreuses inondations. Dans la commune de Liège, les quartiers autour de la rivière Meuse sont en cours d’évacuation alors que le pire est à venir, le pic de la crue n’étant attendu que vendredi matin

Mikaël Libert
— 
Liège, en Belgique, est touchée par d'importantes inondations.
Liège, en Belgique, est touchée par d'importantes inondations. — Shutterstock/SIPA
  • De nombreuses crues ont occasionné de lourds dégâts et causé la mort d’au moins huit personnes en Belgique.
  • La ville de Liège est en cours d’évacuation en raison de la montée rapide du niveau de la Meuse.
  • Une trentaine de pompiers du nord de la France, des véhicules et un hélicoptère ont été envoyés dans la province de Liège en renfort.

L’Est de la France, l’Allemagne et la Belgique ont été frappés par des pluies diluviennes qui ont occasionné de nombreuses crues. Ce jeudi après-midi, les autorités ont demandé aux habitants de certains quartiers de Liège, en Belgique, d’évacuer leurs habitations alors que le niveau de la rivière Meuse ne cesse de monter. Le bilan est pour l'instant de huit morts et quatre disparus côté belge selon des informations des autorités rapportés par l'agence Belga.

« Selon les dernières informations et les estimations communiquées par la Région wallonne, il pourrait monter de 1,50 m au-dessus du niveau actuel dans les prochaines heures », alertent les services du bourgmestre de Liège au sujet du niveau de la rivière Meuse. A 2h du matin, ce jeudi, la station de Lixhe, en aval de Liège, enregistrait un niveau à 4,36 m. A 14h, il était à 5,63 m et 6,12 m à 17h.

Evacuer les zones en bord de Meuse et gagner les hauteurs de la ville

« Les autorités de la Ville de Liège demandent aux habitants de Liège qui ont encore la possibilité d’évacuer de le faire s’ils se trouvent dans une zone inondable aux abords de la Meuse ». Des véhicules de police relaient cet appel via des haut-parleurs dans les quartiers concernés. Les habitants sont invités à quitter la ville, se rendre sur les hauteurs ou s’installer dans les étages des habitations. Les commerces doivent fermer. Si les véhicules sont encore autorisés à quitter la ville, en revanche, aucun ne peut y entrer à l’exception des secours. « Le pic de crue et la stabilisation ne sont pas attendus avant demain [vendredi] matin », prévoit la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques.

Les réseaux de gaz et d’électricité connaissent des « perturbations d’une ampleur sans précédent » selon Resa, le principal gestionnaire de distribution d’énergie de la province de Liège. De son côté, la Société Walonne des eaux préconise de ne pas consommer l’eau du robinet, « même bouillie », dans sept communes du secteur.

Cette situation catastrophique est due aux importantes précipitations enregistrées au cours des dernières heures et au fonctionnement partiel d’un barrage. En effet, seules deux portes sont opérationnelles sur les six que compte le pont barrage de Monsin, actuellement en chantier. Comme expliqué par nos confrères de la RTBF, il lui est donc impossible de lâcher suffisamment d’eau, ce qui engendre une montée rapide du niveau. Sur le chantier du barrage, une grue menace par ailleurs de s’effondrer sur une ligne à haute tension qui alimente notamment des stations de pompage.

« La situation en Wallonie est dramatique. Des inondations d’une ampleur jamais connue frappent actuellement notre Région », s’est désolé le président du gouvernement wallon, Elio Di Ruppo. Les autorités locales ont débloqué 2,5 millions d’euros « pour financer le support logistique et les moyens matériels et humains pour assurer les interventions urgentes » en attendant la décrue. Le gouvernement français, dans le cadre du Mécanisme de protection civile de l’Union, a envoyé 33 pompiers du SDIS 59, une quarantaine de sauveteurs de la Sécurité civile et un hélicoptère Dragon dans la province de Liège. De son côté, le gouvernement de Wallonie a lancé une procédure de reconnaissance de ces inondations comme calamité naturelle publique.