Coronavirus : Le Pérou prolonge d’un mois l'état d'urgence

EPIDEMIE Ce pays de 33 millions d'habitants est durement touché par la pandémie de coronavirus avec 2,07 millions de cas et plus de 194.000 morts

20 Minutes avec AFP
— 
Un agent de santé s'entretient avec un patient du service spécialisé Covid-19 de l'hôpital Honorio Delgado d'Arequipa, au Pérou, le 18 juin 2021.
Un agent de santé s'entretient avec un patient du service spécialisé Covid-19 de l'hôpital Honorio Delgado d'Arequipa, au Pérou, le 18 juin 2021. — Diego Ramos / AFP

Le gouvernement péruvien a prolongé dimanche pour un mois l'état d'urgence en vigueur depuis 16 mois dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et qui permet de restreindre les droits des citoyens.

En vertu d'une résolution du président par intérim Francisco Sagasti et de son gouvernement, l'état d'urgence, qui devait se terminer le 31 juillet, est maintenu jusqu'à fin août.

2,07 millions de cas, 194.000 morts

Dans ce cadre, «demeurent restreints l'exercice des droits constitutionnels relatifs à la liberté et à la sécurité personnelles, l'inviolabilité du domicile et la liberté de réunion et de transit sur le territoire», d'après le journal officiel El Peruano.

Depuis mars, un couvre-feu nocturne est en vigueur au Pérou pour tenter d'endiguer les contaminations par le coronavirus.

Dans ce pays de 33 millions d'habitants durement touché par la pandémie, 3,5 millions de personnes sont complètement vaccinées avec deux doses, ont annoncé les autorités sanitaires. Le Pérou a au total recensé 2,07 millions de cas et plus de 194.000 morts du Covid-19, selon les derniers chiffres samedi.

En attendant son futur président

Francisco Sagasti est le président par intérim en attendant les résultats de la présidentielle du 6 juin, avec un nouveau chef de l'Etat qui doit prendre ses fonctions le 28 juillet.

Le scrutin a été extrêmement serré entre la candidate de la droite populiste Keiko Fujimori et celui de la gauche radicale Pedro Castillo et, en attendant les résultats officiels, les camps des deux candidats campent à Lima pour «défendre» leurs votes.