Etats-Unis : Des passagers non-vaccinés d’une croisière privés de discothèque, de piscine et de sushi bar

VACANCES Sur le premier bateau de croisière reparti le 2 juillet de Miami, les passagers non-vaccinés sont privés de certains loisirs

H.S. avec AFP
— 
Bateau de croisière en Floride.
Bateau de croisière en Floride. — JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

La croisière ne s’amuse plus vraiment pour les passagers non-vaccinés du « Freedom of the seas ». L’histoire est raportée par nos confrères de Libération. Sur ce bateau de la compagnie maritime Royal Caribbean reparti le 2 juillet de Miami en Floride, les vacanciers qui n’ont pas reçu de vaccin anti-covid sont privés de certaines activités. L’article initial, paru sur le site du Portland Press Herald décrit les conditions auxquels sont soumis ces voyageurs.

« Pas de sushi bar, pas de casino, pas de spa… Les meilleures salles de restaurant leur sont aussi inaccessibles. Impossible, pour eux, de se trémousser sur les pistes de la boîte de nuit du Viking Crown. Dans le théâtre, ils sont regroupés dans une zone séparée, tout au fond. Les piscines et bars d’intérieur ? Exit également », détaille Libération.

Un voyage coûteux

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique des Etats-Unis, ont diffusé début mai de nouvelles règles devant permettre aux croisiéristes de reprendre la mer sous des conditions strictes depuis un port du pays. Mais ces règles n’exigent que le port du masque et le respect des gestes sanitaires et de la distanciation.

Dans ce cas précis, la compagnie a décidé d’aller un peu plus loin en exigeant trois tests PCR (payants aux Etats-Unis) pour ses clients âgés de plus 12 ans et non-vaccinés. Une assurance voyage dont le coût a été évalué à 200 dollars par le Portland Herald Press a également été demandée à cette catégorie de passagers.

Prévu initialement en juin dernier, le voyage inaugural du nouveau paquebot de la Royal Carribean International avait été retardé de plus d’un mois après la découverte de huit cas de Covid-19​ parmi l’équipage.