Etats-Unis : Lors de la fête nationale, Joe Biden rappelle que le coronavirus n’est pas encore « vaincu »

INDEPENDENCE DAY Pour Joe Biden, les Etats-Unis ont marqué des points contre la pandémie, mais la victoire finale ne pourra venir qu’en ne relâchant pas les efforts sur la vaccination

20 Minutes avec AFP
— 
Le président américain Joe Biden lors de son discours pour la fête nationale américaine, à la Maison-Blanche le 4 juillet 2021.
Le président américain Joe Biden lors de son discours pour la fête nationale américaine, à la Maison-Blanche le 4 juillet 2021. — Patrick Semansky/AP/SIPA

Pour son premier 4 juillet en tant que président des Etats-Unis, Joe Biden s’est montré combatif. Lors de son discours pour célébrer la fête nationale américaine, il a félicité une Amérique qui a « pris le dessus » sur le Covid-19, mais a appelé ses compatriotes à ne pas baisser la garde contre un virus qui n’a pas encore été « vaincu ».

Le 4 juillet, qui commémore la déclaration d’indépendance de 1776, « est une célébration particulière cette année, car nous sortons d’une année sombre », a-t-il déclaré devant un millier d’invités, à la Maison-Blanche. Dans une courte allocution, le président a assuré : « Nous n’avons jamais été aussi proches de déclarer notre indépendance face au virus ».

La crainte du variant delta

Joe Biden a invité des soignants, des soldats et d’autres travailleurs dits « essentiels » à partager un barbecue, et à admirer les traditionnels feux d’artifice. « Le Covid-19 n’a pas encore été vaincu », a toutefois averti Joe Biden, alors que la circulation rapide du variant delta et le faible taux de vaccination dans certaines régions inquiètent les experts. Se faire vacciner est dans ces conditions « l’action la plus patriotique qui soit ».

Avec plus de 33 millions de cas et 600.000 morts, les Etats-Unis ont payé le plus lourd tribut de la crise sanitaire mondiale, mais la campagne de vaccination a effectivement fait chuter le nombre d’hospitalisations et de décès ces derniers mois. Les réticences des plus jeunes, des conservateurs et d’une partie de la minorité noire face aux vaccins empêchent toutefois de tourner définitivement la page. Sur le plan symbolique, ils ont fait échouer l’objectif de Joe Biden pour le 4-Juillet, à savoir une première dose administrée à 70 % de la population adulte.