Corée du Nord : Le dirigeant Kim Jong-un « amaigri », selon la télévision d’Etat

MANIPULATION Le dirigeant nord-coréen est un fumeur invétéré qui souffre depuis longtemps d’obésité et son poids n’a pas cessé d’augmenter ces dernières années

20 Minutes avec AFP
— 
Kim Jong-un le 7 janvier 2020 à Sunchon (illustration).
Kim Jong-un le 7 janvier 2020 à Sunchon (illustration). — KCNA/Sipa

Une remarque étonnante en Corée du Nord où toute évocation de la vie privée et de l’état de santé du dirigeant est interdite. La télévision nord-coréenne a diffusé un commentaire inhabituel, dépeignant le physique du dirigeant Kim Jong-un comme « amaigri ».

Selon des analystes, cette remarque traduit la volonté des autorités de mettre à profit la perte de poids du leader nord-coréen pour renforcer la fidélité au régime en proie à des difficultés.

Un état de santé scruté de près

Le Nord, dont l’économie est plombée par de multiples sanctions internationales imposées en riposte à ses programmes militaires interdits, est plus que jamais isolé depuis la fermeture de ses frontières pour empêcher la propagation du coronavirus. Mi-juin, Kim Jong-un a reconnu que son pays connaît une crise alimentaire, tirant ainsi la sonnette d’alarme dans un pays où le secteur agricole est depuis en proie à de graves difficultés. L’état de santé du leader est scruté de près sur le plan international et sa soudaine disparition susciterait des problèmes quant à sa succession et à la stabilité du régime.

Ce fumeur invétéré souffre depuis longtemps d’obésité et son poids n’a pas cessé d’augmenter ces dernières années. Récemment, il est apparu sur des photos publiés par l’agence officielle nord-coréenne KCNA ou sur les images de la télévision d’Etat avec des kilos en moins. La vie privée de Kim Jong-un est tabou pour les médias nord-coréens mais la semaine dernière, KCTV a diffusé un extrait dans lequel un habitant de la capitale, affirme que tout le pays a le « cœur brisé » en voyant son état « amaigri ». « Voir notre respectable secrétaire général amaigri est ce qui brise le plus le cœur de notre peuple », a-t-il déclaré.

Une disparition pendant trois semaines

Selon des analystes, Pyongyang utilise l’apparence de Kim Jong-un pour le glorifier en le dépeignant comme un dirigeant « dévoué et travailleur », alors que le pays s’efforce de faire notamment face à sa crise alimentaire. Le Nord a fermé ses frontières en janvier 2020 et le commerce avec la Chine, son premier soutien économique et diplomatique, s’est réduit à peau de chagrin.

« Le message que Pyongyang envoie c’est que Kim Jong-un est un dirigeant qui travaille très dur pour son peuple, au point de sauter des repas et de perdre du poids », a affirmé Ahn Chan-il, un transfuge nord-coréen devenu chercheur à l’Institut mondial pour les études nord-coréennes, basé à Séoul. L’an passé, le leader n’était pas apparu publiquement durant trois semaines, suscitant des spéculations sur son état de santé. Son absence avait notamment été remarquée le 15 avril 2020, journée la plus importante du calendrier politique nord-coréen car tout le pays commémore alors la naissance du fondateur du régime, Kim Il-sung, le grand-père de l’actuel dirigeant.