Présidentielle américaine : L’avocat de Donald Trump Rudy Giuliani suspendu pour ses mensonges sur l’élection

THE BIG LIE La Cour suprême de l'Etat de New York a estimé que Rudy Giuliani avait menacé l'intérêt du public en multipliant les fausses déclarations sur une prétendue fraude massive lors du scrutin

P.B. avec AFP

— 

L'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, le 19 novembre 2020 lors d'une conférence de presse à Washington.
L'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, le 19 novembre 2020 lors d'une conférence de presse à Washington. — J.Martin/Sipa

Il n’a plus le droit d’exercer le droit jusqu’à nouvel ordre. L’avocat de Donald Trump Rudy Giuliani a été suspendu par la Cour suprême de l’Etat de New York, pour avoir fait une série de déclarations mensongères sur les résultats de la présidentielle américaine. Il n’a pas, pour l’instant été radié du barreau de New York, qui est une procédure différente.

Après le scrutin présidentiel américain du 3 novembre 2020, Rudy Giuliani est devenu le symbole du combat de Donald Trump pour tenter de faire invalider, sans pour autant présenter d’éléments tangibles, les résultats de l’élection, qui donnaient vainqueur son adversaire Joe Biden. L’ancien maire de New York (1994-2001), aujourd’hui âgé de 77 ans, a plaidé, sans succès, devant la justice de plusieurs Etats clés pour obtenir l’annulation du scrutin.

Une dizaine de fausses déclarations

La décision de la Cour (pdf ici) liste une dizaine de déclarations mensongères, effectuées pour certaines devant les tribunaux, et pour d’autres, dans son podcast Rudy Common Sense ou en conférence de presse, notamment celle au Four Seasons landscaping et une autre aux côtés de l’avocate Sidney Powell.

Giuliani a notamment affirmé que des centaines de milliers de bulletins par correspondance en trop avaient été envoyés en Pennsylvanie, que des milliers de mineurs et des personnes décédées avaient voté en Géorgie, que des milliers de votes avaient été comptés deux fois, ou encore que des dizaines de milliers d’immigrés clandestins avaient voté en Arizona. La plupart de ces affirmations ont été contredites par des audits officiels, et l’avocat de Donald Trump n’a fourni aucune preuve crédible prouvant ses allégations.

« Eroder la confiance dans nos élections »

« On ne peut qu’insister sur la gravité des fautes » de Rudy Giuliani, a écrit la Cour dans une décision rendue jeudi. « Ce pays est ravagé par des attaques visant la légitimité de l’élection 2020 et de notre président actuel, Joseph R. Biden », ont poursuivi les cinq magistrats qui la composent. « Les déclarations mensongères visent à éroder la confiance dans nos élections et dans le gouvernement en général », indique la décision. Quand elles sont le fait d’un avocat, elles « ternissent la réputation de toute la profession ».

La Cour a enfin également cité les événements du 6 janvier, lors desquels des émeutiers, pour la plupart supporteurs de Donald Trump, ont envahi le Capitole à Washington. Pour les magistrats, ils montrent « l’ampleur des dégâts qui peuvent advenir lorsque le public est trompé par de fausses informations sur l’élection ».

Pour les équipes juridiques de Donald Trump, les ennuis ne font que commencer. Un juge de Détroit a convoqué une audience fixée au 7 juillet pour décider d’éventuelles sanctions contre des avocats de l’ancien président accusés d’avoir menti devant la Cour, notamment Sydney Powell. Cette dernière est également attaquée en diffamation par le fabricant de machines à voter Dominion systems, qui lui réclame plus d’un milliard de dollars.