Pakistan: huit morts dans un attentat contre l'équipe de cricket du Sri Lanka

LAHORE La police interrogeait ce mardi soir cinq personnes interpellées...

20minutes.fr

— 

A video grab shows a man holding a rocket launcher after an attack by unidentified gunmen in Lahore March 3, 2009. Six members of the Sri Lankan cricket squad were wounded when around a dozen gunmen attacked their bus as it drove under police escort on Tuesday to a stadium in the Pakistani city of Lahore, witnesses and officials said.   REUTERS/GEO via Reuters TV    (PAKISTAN).  PAKISTAN OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN PAKISTAN.
A video grab shows a man holding a rocket launcher after an attack by unidentified gunmen in Lahore March 3, 2009. Six members of the Sri Lankan cricket squad were wounded when around a dozen gunmen attacked their bus as it drove under police escort on Tuesday to a stadium in the Pakistani city of Lahore, witnesses and officials said.   REUTERS/GEO via Reuters TV    (PAKISTAN).  PAKISTAN OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN PAKISTAN. — REUTERS/GEO via Reuters TV

 La police interrogeait ce mardi soir cinq personnes interpellées après l'attaque visant l'équipe nationale de cricket srilankaise, qui a fait huit morts, ce mardi matin à Lahore, au Pakistan. Un responsable des services de sécurité a confirmé ces interpellations, sans être en mesure d'indiquer si ces personnes avaient un lien direct avec l'attaque.

Deux civils et «six policiers ont été tués», a déclaré Mohammad Suhail, un officier de la police locale. Les services de la défense civile pakistanaise ont annoncé avoir par ailleurs désamorcé deux voitures piégées et découvert un stock d'armes. Selon les responsables pakistanais, l'attaque porte la marque des attentats de novembre à Bombay. Une chasse à l'homme a été lancée à travers la métropole de dix millions d'habitants, deuxième ville du Pakistan proche de la frontière indienne.

Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, a dénoncé un «lâche attentat terroriste», alors que six joueurs de cricket et leur coach ont été blessés dans l'attaque. Deux sont hospitalisés. Atteints par balles, ils seraient «dans un état stable» selon la police locale. Londres a vivement réagi: «Cette attaque est choquante et insensée et c'est un jour sombre pour le sport», s'est indigné le Foreign Ofiice. «Le cricket unit des joueurs, des spectateurs et des pays dans un objectif commun pacifique, ce que cette attaque consternante viole de façon grossière».

Armes lourdes

Le gouverneur de la province a décrit «une attaque terroriste planifiée». L'attaque, selon un officier de police, a été menée par deux ou trois équipes d'assaillants, soit une douzaine d'hommes, qui s'étaient postées à un rond-point et ont ouvert le feu sur les joueurs de cricket qui se dirigeaient vers un stade voisin, le Gaddafi Stadium. L'équipe du Sri Lanka devait y entamer la 3e journée de son deuxième test match contre le Pakistan.

Lourdement équipés, aves des roquettes, des grenades et des armes automatiques, les assaillants ont affronté les forces de sécurité pendant près de 25 minutes, a expliqué le chef de la police de Lahore, Habib-ur Rehman, le quartier commerçant de Liberty Square se transformant en champ de bataille, les hommes masqués se cachant derrière des arbres pour ouvrir le feu. «Il s'agissait de terroristes très bien entraînés», a souligné Rehman.

Les Tigres tamouls?

«Nous ne savons pas qui a perpétré cette attaque», a déclaré le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères srilankais, Palitha Kohona, depuis Colombo. «J'ai entendu que les LTTE (Tigres de libération de l'Eelam tamoul) avaient été mentionnés sur les ondes: il y a énormément de spéculation, mais nous attendrons les conclusions de l'enquête avant de faire un commentaire», a ajouté le haut fonctionnaire.

«Nous comptons sur les autorités pakistanaises pour qu'elles conduisent leur enquête pour arrêter les assaillants et les traduire en justice», a-t-il encore plaidé.

Au Pakistan, on privilégie la filière terroriste classique. Le chef de la police du Pendjab a expliqué de son côté que les assaillants «semblaient être pachtounes», l'ethnie qui peuple les régions du nord-ouest du pays, frontalières de l'Afghanistan et dont sont originaires les talibans. «Le Pakistan mène une guerre contre le terrorisme. C'était une tuerie ciblée dans laquelle heureusement l'équipe srilankaise a survécu», a poursuivi le responsable policier.

>>> L'info se construit avec vous. Vous êtes sur place? Envoyez-nous vos témoignages, vidéos ou témoignages au 33320 @ 20minutes.fr