«La fin de l'impunité» pour les assassins de Rafic Hariri

LIBAN La presse salue la mise en place du Tribunal spécial pour le Liban dimanche...

Avec agence

— 

Les autorités libanaises placent une couronne sur la tombe de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri le 1er mars 2009 à Beyrouth.
Les autorités libanaises placent une couronne sur la tombe de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri le 1er mars 2009 à Beyrouth. — Jamal Saidi / REUTERS

«Le châtiment approche.» Comme la plupart des quotidiens libanais parus ce lundi, le journal «Al Mustaqbal», propriété de la famille de Rafic Hariri, qualifie l'inauguration du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) d'«historique».

Le TSL, inauguré dimanche près de La Haye, est chargé de juger les auteurs présumés d'attaques terroristes au Liban, dont l'assassinat de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, tué avec 22 autres personnes dans un attentat à Beyrouth le 14 février 2005.

«La justice en marche»

«La naissance du tribunal annonce la fin de l'impunité», estime de son côté en une «An Nahar», proche de la majorité parlementaire antisyrienne, tandis que le quotidien francophone «L'Orient le Jour» claironne: «La justice en marche.»

«Les Libanais sont au moins d'accord sur une chose: la nécessité de parvenir à la vérité concernant le crime horrible qui a coûté la vie» à Rafic Hariri, a indiqué «As Safir», proche de la minorité soutenue par Damas et Téhéran.

La route sera longue

La presse reste toutefois prudente quant au temps qui risque de s'écouler avant que le tribunal ne rende ses décisions.

«Ne nous excitons pas, (...) la vérité, celle que le verdict proclamera à la face des bourreaux, n'éclatera pas avant de longs mois», estime «L'Orient le Jour» dans son éditorial.

«Nous avons devant nous des années avant la fin des procès et l'annonce des condamnations», souligne «As Safir». «Justice...la route est longue», indique la version française du quotidien «Al Balad» (indépendant).