Etats-Unis : Un policier de Portland est accusé d’agression, son unité démissionne

JUSTICE Un officier de l’unité de réponse rapide de la police de Portland (Etats-Unis) a été inculpé d'« utilisation illégale de la force » après la blessure d’une manifestante en août 2020

20 Minutes avec agence

— 

Une patrouille de police en Floride (Etats-Unis). (Illustration)
Une patrouille de police en Floride (Etats-Unis). (Illustration) — Joe Raedle Getty Images

La cinquantaine de policiers de l’unité de réponse rapide (RRT) de Portland (Etats-Unis) a démissionné ce mercredi de son poste, occupé sur la base du volontariat en plus de ses autres fonctions. Cette décision générale annoncée sur le site du bureau de la police locale est intervenue le lendemain de l’inculpation de l’un d’entre eux pour « utilisation illégale de la force » sur une manifestante, rapporte NBC News.

Teri Jacobs, une photojournaliste couvrant une marche de protestation organisée à Portland en août 2020, avait accusé l’officier Corey Budworth de l’avoir jetée par terre et frappée. Un syndicat policier avait de son côté affirmé que le fonctionnaire avait été lui-même renversé au sol alors qu’il tentait de « rétablir l’ordre au cours d’une nuit chaotique d’incendies et de destruction ».

Suspension administrative

Plusieurs personnes s’étaient alors interposées lorsqu’un officier avait voulu arrêter un des manifestants, ont affirmé les représentants des policiers. Corey Budworth aurait alors utilisé son bâton réglementaire pour éloigner Teri Jacobs et l’aurait fait tomber. Craignant que la participante « ne revienne à la charge », le mis en cause l’aurait à nouveau repoussée avec son bâton, qui aurait « accidentellement atteint » la victime à la tête, a raconté le syndicat.

L’organisme a qualifié l’inculpation prononcée par le grand jury de « décision […] politique ». La plainte de Teri Jacobs s’était soldée par un versement de 50.000 dollars (environ 42.000 euros) de la Mairie à la journaliste, en début d’année. Les policiers de la RRT ont mis en avant la mise en examen de leur collègue parmi les raisons expliquant leur démission massive.

Le chef intérimaire de la police Chris Davis a cependant fait état du « point culminant d’un long processus ». Les officiers conserveront leur poste et leur affectation au sein des forces de l’ordre de Portland. Corey Budworth a de son côté fait l’objet d’une suspension administrative.