Affaire Navalny : Les Etats-Unis « préparent » de nouvelles sanctions contre la Russie

DIPLOMATIE Les Etats-Unis avaient déjà sanctionné sept hauts responsables russes pour s’opposer à l’arrestation de l’opposant russe Alexeï Navalny

20 Minutes avec AFP

— 

Alexeï Navalny, lors de son procès à Moscou le 20 février 2021.
Alexeï Navalny, lors de son procès à Moscou le 20 février 2021. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Les Etats-Unis « préparent » de nouvelles sanctions contre Moscou qu’ils accusent d’avoir empoisonné l’opposant russe Alexeï Navalny, a annoncé ce dimanche le conseiller de Joe Biden à la sécurité nationale, Jake Sullivan.

« Nous sommes en train de préparer une autre série de sanctions à appliquer dans cette situation », a-t-il indiqué à la chaîne américaine CNN, quatre jours après le sommet à Genève entre le président américain et son homologue russe Vladimir Poutine.

Le Etats-Unis exigent sa libération

Alexeï Navalny, à la tête de la principale formation d’opposition à Vladimir Poutine, avait été transféré dans le coma dans un hôpital de Berlin en août 2020 après un empoisonnement en Russie qu’il impute au Kremlin. Il est resté près de six mois en convalescence en Allemagne et a été arrêté à son retour en Russie en janvier. Il est depuis incarcéré et Washington exige sa libération.

« Nous avons déjà sanctionné la Russie pour l’empoisonnement d’Alexeï Navalny », a assuré Jake Sullivan dimanche. « Nous ne l’avons pas fait seuls, nous avons rallié nos alliés dans un effort collectif pour (sanctionner) l’utilisation d’un agent chimique contre un de leurs citoyens sur le sol russe. »

La mort de Navalny « ne ferait que détériorer les relations avec le reste du monde »

Le 2 mars, quelques jours après l’incarcération d’Alexeï Navalny dans une colonie pénitentiaire à l’est de Moscou, Washington avait sanctionné sept hauts responsables russes. Il s’agissait des premières sanctions prises à l’encontre de la Russie par Joe Biden depuis son arrivée à la Maison-Blanche fin janvier.

Juste avant le sommet russo-américain à Genève le 16 juin, le président Joe Biden avait aussi lancé un avertissement au sujet de l’opposant. La mort de Navalny « ne ferait que détériorer les relations avec le reste du monde. Et avec moi », avait-il dit.

Lors de leur rencontre mercredi, Joe Biden et Vladimir Poutine ont affiché leur volonté d’apaiser les tensions, tout en restant avares d’annonces concrètes. Sur le sort de l’opposant Alexeï Navalny, Vladimir Poutine a simplement déclaré : « Cet homme savait qu’il violait la loi en vigueur en Russie ».