Turquie : Une attaque contre un bureau du parti d’opposition pro-kurde HDP fait un mort

OPPOSITION Le HDP accuse le gouvernement et le parti d’Erdogan d’être les « instigateurs de cette attaque »

20 Minutes avec AFP

— 

Les partisans du Parti  pro-kurdes HDP, se rassemblent à Istanbul, le samedi 20 mars 2021 pour revendiquer plus de droits pour la minorité kurde et affirmer son identité ethnique.
Les partisans du Parti pro-kurdes HDP, se rassemblent à Istanbul, le samedi 20 mars 2021 pour revendiquer plus de droits pour la minorité kurde et affirmer son identité ethnique. — Emrah Gurel/AP/SIPA

Un local du principal parti prokurde de Turquie, le HDP, a été victime d’une attaque jeudi. « Un assaillant armé d’un fusil a attaqué notre bureau à Izmir » dans l’ouest du pays, a annoncé le parti dans un communiqué posté sur Twitter. Le parti précise qu’une employée, « Deniz Poyraz, a été tuée dans cette attaque ». Le bureau du gouverneur d’Izmir a affirmé que l’auteur de l’attaque, « un employé démissionnaire du secteur de la santé », a été arrêté.

Le HDP a accusé le gouvernement et le parti au pouvoir, l’AKP du président Recep Tayyip Erdogan, d’être les « instigateurs de cette attaque brutale » en raison de leur violente rhétorique contre la formation pro-kurde qu’ils s’efforcent de faire interdire par la justice. « Ils ont tué ma fille », a déclaré la mère éplorée de la victime dans une vidéo postée sur Twitter par le HDP, qui a appelé à des manifestations contre l’attaque à Izmir et à Istanbul.

Bête noire du président Erdogan

La Cour constitutionnelle de Turquie avait retardé fin mars l’examen d’une demande d’interdiction du HDP, accusée d’activités « terroristes », en raison de « vices de procédure », renvoyant le dossier au procureur pour un supplément d’information. Un nouvel acte d’accusation a été soumis en juin à la Cour qui doit l’examiner dans les prochains jours. Troisième formation politique du pays, le HDP a qualifié de « putsch politique » la demande de son interdiction.

Bête noire du président Erdogan, le HDP fait l’objet d’une répression implacable depuis 2016, année où son charismatique chef de file, Selahattin Demirtas, a été emprisonné en dépit des protestations européennes. Le chef de l’Etat turc accuse régulièrement le HDP d’être la « vitrine politique » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé comme groupe terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux et qui livre une guérilla sanglante contre l’Etat turc depuis 1984 dans le sud-est du pays.

Victime de persécution

Les critiques contre le HDP ont redoublé d’intensité après une intervention militaire turque avortée visant à secourir 13 otages aux mains du PKK en Irak et qui s’est soldée par la mort de tous les prisonniers mi-février. Le HDP, qui rejette fermement les accusations d'« activités terroristes », se dit victime de persécutions en raison de son opposition à Recep Tayyip Erdogan.

La demande de fermeture du HDP a suscité la préoccupation des pays occidentaux au sujet de l’Etat de droit en Turquie, au moment où Ankara cherche à apaiser ses relations tendues avec les Etats-Unis et l’Europe.