Pour Poutine, la rencontre avec Biden a été « constructive »

SOMMET Le président russe s’est exprimé publiquement à l’issue de sa rencontre avec son homologue américain

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine a tenu une conférence de presse à la sortie de son sommet avec Joe Biden
Vladimir Poutine a tenu une conférence de presse à la sortie de son sommet avec Joe Biden — Alexander Zemlianichenko / POOL / AFP

Visiblement les présidents russe et américain ont évoqué ensemble de nombreux sujets. A l’issue de leur première rencontre ce mercredi à Genève, Vladimir Poutine a pris la parole lors d’une conférence de presse et fait le bilan de ses échanges avec Joe Biden. Celui-ci s’est montré plutôt positif, assurant que cette entrevue avait été « constructive ».

« Il n’y avait aucune animosité », a-t-il dit ajoutant que « sur beaucoup de questions nos évaluations divergent, mais les deux parties ont démontré un désir de se comprendre l’un l’autre et de chercher les moyens de rapprocher les positions ». Il a également évoqué « une discussion franche et directe ». Concernant le personnage de Joe Biden, Vladimir Poutine l’a décrit comme « une personne constructive, équilibrée (…) et c’est ce à quoi je m’attendais ».

Le cas Navalny

Concernant le sort de l’opposant Alexeï Navalny, aujourd’hui emprisonné après avoir failli mourir d’un empoisonnement qu’il accuse le Kremlin d’avoir fomenté, Vladimir Poutine a simplement déclaré : « Cet homme savait qu’il violait la loi en vigueur en Russie ».

Joe Biden avait lancé cette semaine un avertissement au sujet du célèbre opposant. La mort de Navalny « serait une tragédie, a-t-il dit. Cela ne ferait que détériorer les relations avec le reste du monde. Et avec moi ».

Retour des ambassadeurs sur leur lieu d’affectation

Visiblement, les deux hommes politiques se seraient entendus sur le retour de leurs ambassadeurs respectifs. En mars, la Russie a pris la rare décision de rappeler son ambassadeur Anatoli Antonov après que Joe Biden avait comparé Vladimir Poutine à un « tueur ». Par ailleurs, les Etats-Unis avaient expulsé dix diplomates en avril dans une nouvelle vague de sanctions après des cyberattaques imputées à Moscou. La Russie avait riposté par d’autres expulsions et en interdisant à l’ambassade des Etats-Unis à Moscou d’employer des ressortissants étrangers, une mesure contraignant beaucoup les activités de l’ambassade.

L’ambassadeur américain, John Sullivan avait annoncé un mois plus tard qu’il retournerait à Washington pour des consultations, ce que le Kremlin avait réclamé. Les ambassadeurs « retournent sur leur lieu d’affectation. Quand exactement, c’est une question purement technique », a déclaré le président russe.

« Consultations sur la cybersécurité »

Le retrait des ambassadeurs était survenu après que les relations diplomatiques entre Moscou et Washington se sont rapidement dégradées depuis l’entrée en fonction de Joe Biden en janvier, qui reproche à la Russie notamment des cyberattaques en série et son ingérence électorale aux Etats-Unis. A ce propos, Vladimir Poutine a assuré que lui et son homologue avaient convenu d’entamer « des consultations sur la cybersécurité ».

Il a toutefois ajouté que « le plus grand nombre de cyberattaques dans le monde provient de l’espace américain » et critiqué l’absence de coopération en la matière de Washington.

Pas d’inquiétude en Arctique ?

Sur la question de l’Arctique, région stratégique où la Russie ne cache pas ses ambitions, le président russe a assuré que les Etats-Unis ne devaient pas s’inquiéter d’une militarisation russe. « Les préoccupations de la partie américaine sur une militarisation n’ont aucun fondement », car la Russie ne fait « rien de nouveau » dans la région mais répare seulement « des infrastructures détruites » après la chute de l’URSS, a-t-il dit à la presse ajoutant : « Au contraire, je suis convaincu que nous devons coopérer ».

Le président américain doit lui aussi s’exprimer devant la presse avant de repartir dans la capitale américaine.