Covid-19 aux Etats-Unis : Un hôpital suspend les salariés qui refusent de se faire vacciner

CORONAVIRUS Une centaine des 178 employés suspendus et menacés de licenciement a attaqué en justice cet hôpital texan

20 Minutes avec agence

— 

Vaccination (illustration)
Vaccination (illustration) — Eric Dessons

178 soignants travaillant à l’hôpital Houston Methodist ( États-Unis) ont été suspendus deux semaines et seront licenciés s’ils ne se font pas vacciner contre le Covid-19. C’est la politique vaccinale mise en place par l’établissement depuis quelque temps.

Marc Boom, PDG de l’établissement, a regretté qu'« un petit nombre de personnes ait décidé de ne pas penser avant tout à ses patients ». Cité par USA Today, il a aussi a fait remarquer que les personnes concernées ne représentaient que bien moins d’1 % des 25.000 salariés.

Des salariés épuisés par le Covid-19

Parmi les employés suspendus, 27 ont déjà reçu une première dose de vaccin. Leur suspension a suscité de nombreuses critiques au sein de l’établissement et en dehors. Amanda Rivera, qui travaille au service des urgences du Houston Methodist, a confié « se sentir un peu trahie » et a comparé la mesure prise par l’hôpital texan à une « gifle en plein visage ».

Elle a raconté les conditions de travail « dingues » des soignants, en sous-effectif depuis le début de la pandémie, et dénoncé le choix de son employeur. Une centaine des salariés suspendus a attaqué l’hôpital en justice, jugeant cette politique vaccinale injuste et estimant que le vaccin est encore expérimental.

Pas d’obligation vaccinale au Texas

285 salariés de l’hôpital ont par ailleurs été dispensés de l’obligation de se faire vacciner pour raisons médicales ou religieuses. 332 autres ont bénéficié d’un report, notamment pour cause de grossesse. Aux Etats-Unis, le taux de vaccination chez les soignants hospitaliers varie entre 51 % et 91 % en fonction des hôpitaux.

« Le Texas est à 100 % ouvert et nous voulons nous assurer que vous pouvez aller où vous voulez sans restriction », a déclaré le gouverneur de l’Etat. L’élu a récemment validé l’entrée en vigueur d’une loi interdisant les passeports sanitaires liés à la vaccination et empêchant la signature de contrats publics avec des établissements n’acceptant que des clients vaccinés.