Covid-19 aux Etats-Unis : Goldman Sachs oblige ses salariés à lui dire s’ils sont vaccinés

PANDÉMIE La banque « encourage fortement » ses salariés à se faire vacciner, mais comprend aussi qu’il s’agit d’un « choix personnel »

20 Minutes avec agences

— 

Le siège de Goldman Sachs à New York.
Le siège de Goldman Sachs à New York. — SPENCER PLATT GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Goldman Sachs a demandé à ses employés de faire savoir s’ils étaient vaccinés ou non contre le Covid-19. La banque d’affaires américaine veut ainsi faciliter l’organisation du retour au bureau, selon un mémo dévoilé ce jeudi.

« L’enregistrement de votre statut vaccinal nous permet de planifier le retour au bureau de tous les employés en toute sécurité tout en continuant à respecter les mesures de santé publique locales », indique le message. « Il est par conséquent obligatoire » de le préciser dans une application spécifique.

Repenser les conditions de travail et le retour au bureau

La vaccination en elle-même n’est pas imposée par la banque. « Nous vous encourageons fortement à recevoir un vaccin » contre le coronavirus, ont précisé les dirigeants, mais « nous comprenons que c’est un choix personnel. »

Selon l’agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC), les employeurs peuvent obliger leurs salariés à se faire vacciner, avec des exceptions pour raisons médicales ou objection religieuse. Ils peuvent demander des preuves de vaccination, à condition de garder ces informations confidentielles.

Aux Etats-Unis, les entreprises sont en pleine réflexion sur les nouvelles conditions de travail. Début mai, Goldman Sachs avait invité ses salariés à prendre leurs dispositions pour être prêts à revenir au bureau à partir du 14 juin. La banque JPMorgan Chase a aussi prévenu ses employés qu’elle prévoyait un retour au bureau, au moins à temps partiel, en juillet au plus tard.