Coronavirus : Le travail des enfants dans le monde augmente pour la première fois en vingt ans

DROITS HUMAINS A cause de la pandémie, le nombre d’enfants forcés de trouver du travail pourrait exploser d’ici à la fin de l’année prochaine

20 Minutes avec AFP

— 

Junaed Hossain, 8 ans, travaille dans un chantier de casse de briques à Dhaka. Les enfants travailleurs au Bangladesh gagnent environ 150 BDT (1,87 $) par jour.
Junaed Hossain, 8 ans, travaille dans un chantier de casse de briques à Dhaka. Les enfants travailleurs au Bangladesh gagnent environ 150 BDT (1,87 $) par jour. — SOPA Images/SIPA

Un sacré retour en arrière. Dans un rapport conjoint, l’Organisation internationale du travail (OIT) et l’Unicef, l’agence onusienne en charge du bien-être des enfants, estiment qu’au début 2020, 160 millions d’enfants étaient obligés de travailler. C’est 8,4 millions de plus qu’il y a quatre ans et surtout la première hausse enregistrée sur les deux dernières décennies.

Selon le rapport publié ce jeudi, si les projections actuelles sur la hausse de la pauvreté dans le monde en raison de la pandémie de Covid-19 devaient se matérialiser, ce sont neuf millions d’enfants de plus qui vont être forcés de trouver du travail d’ici à la fin de l’année prochaine.

Risque d’atteindre 46 millions d’ici la fin 2022

Mais les modèles statistiques montrent que ce nombre pourrait être plus de cinq fois plus élevé, a mis en garde, Claudia Cappa, statisticienne de l’Unicef et co-auteure du rapport. « Si les protections sociales baissent par rapport à leur niveau actuel, à cause de mesures d’austérité et d’autres facteurs, le nombre d’enfant forcés de travailler pourrait bondir de 46 millions » d’ici la fin 2022, a-t-elle expliqué. Le rapport, publié tous les quatre ans, montre que la moitié de tous les enfants qui travaillent sont âgés de seulement cinq à onze ans.

La tendance à la hausse a commencé avant que la pandémie ne chamboule totalement l’économie mondiale et marque un tournant par rapport à la décrue de 94 millions d’enfants de moins au travail entre 2000 et 2016. Et juste au moment où la crise sanitaire se répandait dans le monde entier, un enfant sur dix était au travail. L’ONU​ avertit que la situation risque de se dégrader encore si rien n’est fait pour aider les familles qui plongent dans la pauvreté.

79 millions d’enfants occupés à des travaux dangereux

« Nous perdons du terrain dans la lutte contre le travail des enfants et l’année dernière n’a pas rendu les choses plus faciles », a souligné Henrietta Fore, qui dirige l’Unicef. Et d’ajouter : « Alors que nous avons largement entamé la deuxième année de confinements, fermetures d’écoles, secousses économiques et budgets nationaux en recul, les familles sont forcées de faire des choix cornéliens ».

Le phénomène frappe plus les garçons, qui comptaient pour 97 millions sur le total de 160 millions d’enfants au travail début 2020. Plus inquiétante encore est la progression du nombre d’enfants de 5 à 17 ans qui font un travail dangereux, c’est-à-dire qui peut avoir un effet direct sur leur développement, éducation ou santé. Une catégorie qui comprend des secteurs dangereux comme les mines ou la pêche ou encore le fait de travailler plus de 43 heures par semaine, ce qui rend toute scolarisation quasiment impossible. Début 2020, l’OIT et l’Unicef estiment que 79 millions d’enfants étaient occupés à ce genre de travaux dangereux, soit 6,5 millions de plus que quatre ans plus tôt.

La plus forte hausse en Afrique subsaharienne

La très grande majorité des enfants (70 % ou 112 millions) sont occupés à des tâches agricoles tandis que 20 % sont actifs dans le secteur des services et les 10 % restant dans l’industrie.

C’est l’Afrique subsaharienne qui a vu la plus forte hausse du nombre d’enfants au travail. Ils étaient 16,6 millions de plus au début de l’année dernière qu’en 2016. « Ces nouvelles projections sont un cri d’alarme », a souligné le patron de l’OIT, Guy Rider, appelant à « briser le cycle de la pauvreté et du travail des enfants ».