G7 : Des célébrités réclament des dons de vaccins contre le Covid-19 aux pays pauvres

SOLIDARITÉ Des personnalités du spectacle et du sport ont adressé une lettre ouverte aux membres du G7, à l'approche d'un sommet qui se tiendra en Angleterre

20 Minutes avec Agences

— 

L'acteur Liam Neeson fait partie des signataires de la lettre ouverte.
L'acteur Liam Neeson fait partie des signataires de la lettre ouverte. — Shutterstock/SIPA

Une trentaine de célébrités ont appelé mardi les membres du G7 à donner aux pays pauvres des doses de vaccin contre le Covid-19, à l’approche de leur sommet de vendredi à dimanche en Cornouailles, dans le sud-ouest de l’ Angleterre. Dans une lettre ouverte, ces célébrités du spectacle et du sport exhortent les dirigeants du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie, du Canada, du Japon, de l’Allemagne et des Etats-Unis à s’engager à partager en urgence avec les pays pauvres au moins 20 % de l’approvisionnement en doses de vaccin contre le Covid-19.

Parmi les signataires, souvent ambassadeurs de bonne volonté pour l’agence onusienne pour l’enfance Unicef, figurent les acteurs et actrices Liam Neeson, Orlando Bloom, Priyanka Chopra Jonas, Whoopi Goldberg, et chanteuses Katy Perry et Angélique Kidjo. Des stars du football, comme David Beckham ou Sergio Ramos, de course automobile (Fernando Alonso) ou du tennis (Andy Murray) ont aussi contribué à cet appel aux sept pays les plus riches de la planète.

Prévenir les variants

Avec un don attendu de plus de 150 millions de doses entre juin et août, il s’agit de réduire le risque de propagation du virus et la menace de souches mutantes, souligne leur appel. « Le monde a passé un an et demi à lutter contre la pandémie de Covid-19, mais le virus se propage toujours dans de nombreux pays et produit de nouveaux variants susceptibles de nous renvoyer tous là où nous avons commencé », avertit la lettre. « Cela signifie de nouvelles fermetures d’écoles, davantage de perturbations dans les soins de santé et une chute de l’économie encore plus grande – menaçant l’avenir des familles et des enfants du monde entier », mettent en garde ses auteurs.