Amazon : Les livreurs ont 50 % plus de risques d'être blessés que les autres en travaillant

EMPLOI Les chauffeurs livreurs comme les salariés en entrepôt sont amenés à prendre des risques inconsidérés pour tenir le rythme de productivité imposé par Amazon

20 Minutes avec agence
— 
Un livreur quitte les entrepôts Amazon de Dedham, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis. (illustration)
Un livreur quitte les entrepôts Amazon de Dedham, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis. (illustration) — Steven Senne/AP/SIPA

Les livreurs d’Amazon sont en danger. Le rythme imposé par le géant de l’e-commerce à ses salariés chargés d’apporter les colis à ses clients les pousse à se mettre en danger, selon une récente étude du Strategic Organizing Center relayé par Presse-Citron.

Le rapport, publié en mai, montre que les chauffeurs livreurs travaillant pour Amazon aux Etats-Unis sont 50 % plus exposés à un risque de blessure que les livreurs travaillant chez les concurrents comme UPS. Ainsi, le taux d’accidents survenus sur le lieu où le temps de travail est 50 % plus élevé dans l’entreprise de Jeff Bezos.

Un rythme effréné et dangereux

Cela tient notamment à l’algorithme Amazon Flex, qui organise les livraisons et donne sa feuille de route à chaque livreur. Début juin, une enquête de Vice montrait que cet algorithme poussait les livreurs à prendre plus de risques, les engageant notamment à traverser la rue, les bras pleins de colis, pour apporter les paquets aux clients vivant de chaque côté de la voie.

« Parfois, on doit livrer six colis d’un côté de la rue et sept de l’autre côté », confirme un livreur interrogé par Vice dans l’article. Mais les chauffeurs livreurs ne sont pas les seuls en danger : dans les entrepôts, le risque d’ accident est aussi 50 % plus élevé que chez les concurrents d’Amazon, comme Walmart, indique l’étude du Strategic Organizing Center.

De manière générale, l’essor de l’e-commerce et la concurrence entre les géants du secteur a fait de ces métiers des emplois à risque. Selon le Bureau of Labor Statictics, issu du département de l’emploi américain, le métier de chauffeur livreur est aujourd’hui le 7e métier le plus dangereux au monde.