Coronavirus : Le gouvernement britannique a attribué « illégalement » un contrat lié à la pandémie

EPIDEMIE L’agence d’études de marché Public First, dirigée par d’anciens collègues de Dominic Cummings et du ministre Michael Gove, a obtenu un contrat de 560.000 livres

20 Minutes avec AFP

— 

Le conseiller spécial de Boris Johnson Dominic Cummings à Londres le 24 mai 2020.
Le conseiller spécial de Boris Johnson Dominic Cummings à Londres le 24 mai 2020. — Alberto Pezzali/AP/SIPA

En accordant un contrat lié à la gestion de la pandémie à une société dirigée par des amis de Dominic Cummings, ex-conseiller du Premier ministre Boris Johnson, le gouvernement britannique a agi de manière illégale, a estimé, ce mercredi, la justice britannique.

Dirigée par d’anciens collègues de Dominic Cummings et du ministre d’État Michael Gove, l’agence d’études de marché Public First a obtenu un contrat d’une valeur de 560.000 livres (650.900 euros), en juin 2020, pour étudier la compréhension que le public avait de la pandémie, sans qu’aucun appel d’offres n’ait été émis.

« Un parti pris apparent »

Des militants de l’association Good Law Project ont intenté une action en justice à l’égard du gouvernement et de Dominic Cummings, considérant que la décision de faire appel à cette société relevait du favoritisme, ce qu’a nié le gouvernement. Mais la juge Finola O’Farrell de la Haute Cour de Londres a affirmé mercredi dans son jugement que « la décision du 5 juin 2020 d’attribuer le contrat à Public First était illégale et relève d’un parti pris apparent ».

Elle a cependant aussi estimé que Dominic Cummings, qui a quitté Downing street fin 2020, était « particulièrement bien placé, étant donné son expérience et son expertise, pour se faire une opinion rapide de la société la plus à même de répondre aux besoins urgents » générés par la crise sanitaire, qui nécessitaient une réponse « immédiate ». Ce jugement intervient alors que le Premier ministre conservateur se retrouve sous un feu croissant d’attaques visant son intégrité, concernant notamment des soupçons de financement privés pour de la rénovation de son appartement au 10 Downing Street.

Le gouvernement œuvre « pour le bien des amis du Parti conservateur »

Il est aussi mis en cause pour sa gestion de la crise sanitaire, qui a fait près de 128.000 morts au Royaume-Uni, accusé notamment d’avoir tardé à réagir puis d’avoir gâché l’argent des contribuables britanniques dans l’attribution des contrats de fournitures de masques et autres équipements de protection.

Un porte-parole du gouvernement britannique s’est malgré tout réjoui d’un jugement qui « indique clairement que la décision d’attribuer le contrat n’était pas due à des connexions personnelles », mais bien à des « circonstances très complexes au plus fort de la pandémie ». Le directeur de Good Law Project, Jo Maugham, a lui estimé que le gouvernement n’œuvrait pas « pour le bien public », mais « pour le bien des amis du Parti conservateur ».