Coronavirus en Belgique : Une institutrice décédée à cause de la vaccination ? Son fils dément

FAKE OFF Des internautes font le rapprochement entre le décès de Christelle Lambert et le vaccin qu'elle avait reçu huit jours auparavant. Son fils dément tout lien

M.Co.

— 

Illustration d'une ambulance en Belgique.
Illustration d'une ambulance en Belgique. — Shutterstock/SIPA

Elle avait 52 ans, était institutrice en Belgique. Christelle Lambert est décédée à Renaix, une commune à environ 40 km de la France, le 30 mai. Cette nouvelle tragique aurait pu rester dans le cercle de ses proches si des internautes n’avaient fait des captures d’écran de son compte Facebook.

Le 22 mai, Christelle Lambert indiquait avoir reçu sa première injection d’un vaccin contre le Covid-19, sans préciser lequel. Le 28 mai, « six jours après avoir reçu la première dose », elle aurait écrit « se sentir patraque » et « ne pas tenir debout ». Ce post n’est plus accessible sur son profil, mais une capture d’écran circule, associée à l’avis de décès de l’institutrice.

Le fils de Christelle Lambert a expliqué que le décès de sa maman n'est pas lié à la vaccination.
Le fils de Christelle Lambert a expliqué que le décès de sa maman n'est pas lié à la vaccination. - Capture d'écran Facebook

Des internautes ont ensuite fait un rapprochement entre la vaccination et le décès de Christelle Lambert.

FAKE OFF

Le fils de Christelle Lambert a expliqué à nos confrères belges de Nord Eclair que le décès de sa maman n’est pas lié à la vaccination. « Ma maman est décédée d’un arrêt cardiaque dû à un trop gros effort demandé à son corps », a-t-il dévoilé, confiant s’appuyer sur les explications des médecins de l’hôpital de Renaix, où était soignée sa maman.

Les docteurs « nous ont bien dit que son décès n’était dû ni au Covid, ni à la vaccination », a-t-il ajouté. Christelle Lambert souffrait d’antécédents cardiaques, a complété son fils.

L’hôpital de Renaix n’a pas été en mesure de fournir à 20 Minutes des éléments sur les causes du décès, en raison du « secret professionnel et de la législation RGPD », a indiqué une porte-parole.