D’anciens médiateurs internationaux prônent le dialogue avec le Hamas

PROCHE-ORIENT Face à l'échec de la politique menée depuis des années, les négociateurs prônent un changement de stratégie...

MD avec agence

— 

Le président palestinien Mahmoud Abbas doit choisir entre des négociations avec Israël ou une alliance avec le Hamas, a déclaré lundi un responsable israélien après la conclusion dimache d'un accord entre le mouvement islamiste et le Fatah de M. Abbas.
Le président palestinien Mahmoud Abbas doit choisir entre des négociations avec Israël ou une alliance avec le Hamas, a déclaré lundi un responsable israélien après la conclusion dimache d'un accord entre le mouvement islamiste et le Fatah de M. Abbas. — Khaled Fazaa AFP

Un groupe d'anciens médiateurs de renom, en charge de conflits internationaux, a prôné un dialogue direct avec le mouvement islamiste palestinien du Hamas, pour permettre la paix au Proche-Orient, dans une lettre ouverte publiée ce jeudi dans le «Times» de Londres. Une tendance déjà exprimée par la France en janvier dernier. le ministre des Affaires étrangères s'était dit prêt à dialoguer avec le Hamas à condition qu'il accepte le processus de paix.

L'ancien ministre israélien des Affaires étrangères Shlomo Ben-Ami, l'ancien envoyé de l'ONU au Proche-Orient Alvaro de Soto, l'ex-envoyé de l'Union européenne en Bosnie Paddy Ashdown et l'ex-ministre australien des Affaires étrangères chargé des négociations de paix au Cambodge Gareth Evans, ont signé conjointement cette lettre, dans laquelle ils estiment que la politique visant à isoler le Hamas a échoué.

Un processus politique qui mènera à la reconnaissance d'Israël

«En tant qu'anciens négociateurs de paix, nous pensons qu'il est d'une importance vitale d'abandonner la stratégie infructueuse d'isolement et d'impliquer le Hamas dans un processus politique», écrivent-ils. Les signataires estiment que la paix entre Israël et les Palestiniens n'est pas possible sans le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza et conserve des soutiens, «malgré les tentatives de le détruire avec un embargo économique, un boycott politique et des incursions militaires». L'actuelle approche «ne fonctionne pas et une nouvelle stratégie doit être trouvée. Oui, le Hamas doit reconnaître Israël pour permettre une solution pérenne» du conflit, mais «ce sera un processus politique et non de l'ostracisme qui l'amènera à cette reconnaissance», assurent-ils.

Par ailleurs, une réunion de réconciliation interpalestinienne s'est ouverte ce jeudi matin au Caire. Le Hamas et le Fatah sont en conflit ouvert depuis que les islamistes, qui avaient remporté les législatives palestiniennes, ont délogé de Gaza par la force l'Autorité palestinienne et les fidèles du Fatah en juin 2007.