Jack Lang à Cuba: Raul Castro a «accueilli positivement» l'initiative de Sarkozy

DIPLOMATIE L'ancien ministre socialiste a été dépêché à la Havane en tant qu'émissaire spécial...

MD avec agence

— 

Le président cubain Raul Castro à la Havane le 17 février 2009.
Le président cubain Raul Castro à la Havane le 17 février 2009. — Enrique de la Osa / REUTERS

Le président cubain Raul Castro a «accueilli positivement» l'initiative de son homologue français Nicolas Sarkozy qui a dépêché à La Havane un «émissaire spécial», l'ancien ministre socialiste JacK Lang, pour donner un nouvel élan aux relations entre la France et Cuba.

«Le camarade Raul a accueilli positivement l'initiative du président français et a confirmé notre intérêt pour revitaliser les relations politiques, économiques et de coopération bilatérale au bénéfice des deux pays», rapporte le journal officiel Granma dans son édition de jeudi.

Continuer le dialogue entre Cuba et l'Union européenne

«Dans le même temps, le président cubain a exprimé sa disposition à continuer le dialogue politique entre Cuba et l'Union européenne, relancé en octobre 2008 à Paris sur la base du respect mutuel», ajoute le quotidien du Parti communiste cubain. La coopération entre Cuba et l'UE avait été suspendue en 2003 à la suite d'une vague d'arrestations de 75 dissidents cubains dont une cinquantaine restent toujours sous les verrous.

La France veut servir de «moteur» à l'établissement d'un dialogue entre La Havane et Washington, avait déclaré mercredi Jack Lang, après avoir été reçu par le chef d'Etat cubain Raul Castro.

Le député PS du Pas-de-Calais a assuré avoir été reçu pendant «plus de deux heures et quart» par Raul Castro, qu'il devait ensuite retrouver pour un dîner, dans le cadre d'une mission de six jours visant à permettre d'établir selon lui des relations plus «claires, plus fortes, plus chaleureuses» entre la France et l'île communiste.

De la confrontation à la coopération

Le président Nicolas Sarkozy «souhaite ouvrir une nouvelle page avec Cuba» et instaurer un rapprochement avec les pays latino-américains alors que la «situation internationale se transforme en Amérique latine, du Nord, et en Europe», a dit l'ancien ministre socialiste et actuel parlementaire.

>> A lire également: l'interview de Janette Habel, spécialiste du système politique cubain, ici.

«L'élection de Barack Obama constitue un changement politique important», a relevé Jack Lang, en estimant que le temps était venu d'instaurer un «dialogue sans préalable» et un «climat de coopération et non plus de confrontation» avec Cuba. «Comment comprendre que Cuba figure sur cette liste étrange des Etats dits terroristes?», a-t-il demandé en souhaitant une levée de l'embargo américain en vigueur depuis quarante-sept ans contre Cuba et régulièrement dénoncé par la quasi totalité des pays de l'Assemblée générale de l'ONU.

Concernant l'épineuse question des Droits de l'homme, l'émissaire spécial a assuré l'avoir abordée avec Raul Castro, le félicitant pour la signature en 2008 de deux conventions de l'ONU en la matière qui restent cependant encore à ratifier. Le département d'Etat américain a cependant estimé dans un rapport rendu public mercredi que la situation des Droits de l'homme s'était détériorée en 2008 sous la présidence de Raul Castro qui a succédé définitivement à son frère Fidel, il y a un an.