G7 Finances : Vaccin, climat et impôt minimal mondial au menu de la réunion qui s’ouvre ce vendredi à Londres

SOMMET Les sept grandes puissances envisagent de taxer les profits des grandes multinationales

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des finances britannique Rishi Sunak, à gauche, rencontre son homologue américaine Janet Yellen, à Londres, le jeudi 3 juin 2021.
Le ministre des finances britannique Rishi Sunak, à gauche, rencontre son homologue américaine Janet Yellen, à Londres, le jeudi 3 juin 2021. — Hannah McKay/AP/SIPA

C’est un petit sommet qui précède le grand. Ce vendredi à Londres, les ministres des Finances des sept grandes puissances mondiales se rencontrent à l’occasion de la réunion du G7 Finances. C’est la première fois depuis le début de la pandémie que ces ministres se retrouvent en personne. Cet événement précède le G7 des chefs d’Etat dans les Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre) la semaine suivante.

La question d’un impôt minimum mondial, premier « pilier » d’une vaste réforme fiscale portée par l’OCDE, tiendra le haut du pavé, avec en deuxième volet la possibilité de taxer les profits des grandes multinationales, notamment les géants du numérique, là où elles réalisent leurs profits et non plus seulement là où elles sont enregistrées.

Faire payer les entreprises

« Nous voulons que les entreprises payent le bon montant d’impôt au bon endroit et j’espère que nous pourrons obtenir un accord juste avec nos partenaires », a déclaré le ministre des Finances britannique Rishi Sunak, dans un communiqué diffusé par le Trésor en ouverture de la réunion. Le quotidien The Guardian donne notamment pour exemple jeudi la filiale irlandaise de Microsoft qui n’a payé aucun impôt sur les sociétés l’an dernier car elle est enregistrée aux Bermudes, malgré des bénéfices de 315 milliards de dollars.

Pour le G7, il s’agit de répondre aux « stratégies d’évitement de l’impôt » de certaines entreprises, souligne une source proche des négociations, selon laquelle on n’a « jamais été aussi proches d’un accord » sur la question. Ce projet, souhaité notamment par Paris depuis plusieurs années, bénéficie d’un retour de flamme grâce à l’arrivée au pouvoir du démocrate Joe Biden, plus favorable au multilatéralisme que son prédécesseur le républicain Donald Trump.

Un impôt minimum des sociétés à 15 % ?

En outre, les Américains comme nombre d’autres pays cherchent de nouvelles ressources pour renflouer leurs finances publiques durement éprouvées par la pandémie, les mesures de soutien ou plans de relance se chiffrant en centaines de milliards de dollars. L’administration Biden avait d’abord parlé d’un taux minimum d’impôt sur les sociétés de 21 % avant de se raviser pour 15 %, afin de rallier plus de suffrages.

Le G7 Finances devrait exprimer un « fort soutien » à un impôt minimum des sociétés « ambitieux » et à une répartition « équitable » de « droits à taxer » les profits des multinationales, notamment les grands noms du numérique, d’après le projet de communiqué commun. Un accord formel pourrait n’être annoncé que lors du prochain G20 des ministres des Finances en juillet à Venise, avant une validation par les 38 pays de l’OCDE.

L’Irlande et la Hongrie opposées à cet impôt

Face aux pays qui ont déjà manifesté leur opposition au projet, comme l’Irlande ou la Hongrie, dont les taux d’impôt des sociétés sont particulièrement bas, les pays du G7 comptent sur un « mouvement de négociation internationale » qui pourrait amener les réfractaires à se rallier.

D’après le texte provisoire, les pays du G7 (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Etats-Unis, Canada, Japon) devraient aussi s’engager à « maintenir des politiques de soutien » à leurs économies, particulièrement au regard de nouveaux variants du virus qui pourraient faire dérailler la reprise. Ils réitéreront des promesses d’aides aux pays en développement, notamment dans l’obtention des vaccins anti-Covid.

2.500 milliards de dollars nécessaires pour verdir les infrastructures

La lutte contre le changement climatique tiendra aussi le haut du pavé avec notamment un débat sur les normes internationales en matière de transparence environnementale, les marchés du CO2 ou la finance verte. « Je suis déterminé à ce que nous travaillions ensemble dans l’unité pour répondre aux défis économiques mondiaux les plus pressants – et je suis extrêmement optimiste sur le fait que nous aurons des résultats concrets ce week-end », a ajouté Rishi Sunak.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a par ailleurs affirmé lors d’un discours jeudi qu’environ « 70 % des émissions mondiales de CO2 viennent de la construction et l’utilisation d’infrastructures ». Elle ajoute qu’au moins 2.500 milliards de dollars sont nécessaires pour verdir les infrastructures dans le monde, appelant le secteur privé à y contribuer aux côtés des gouvernements. D’après le quotidien allemand Handelsblatt une initiative du G7 pour les infrastructures mondiales est en projet et pourrait être discutée voire faire l’objet d’un accord lors de la réunion des chefs d’Etat dans les Cornouailles en fin de semaine prochaine.