Brésil : Arrestation du chef mafieux italien Rocco Morabito

CRIME ORGANISE En cavale depuis 2019 et considéré comme le patron de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, il était l’un des dix criminels les plus recherchés au monde

20 Minutes avec AFP

— 

Sur cette photo publiée par la police italienne, on peut voir Rocco Morabito lors de son arrestation en Uruguay en septembre 2017.
Sur cette photo publiée par la police italienne, on peut voir Rocco Morabito lors de son arrestation en Uruguay en septembre 2017. — ANSA

L’un des délinquants les plus recherchés par l’Italie, mais aussi par les autres pays du monde, va retrouver la case prison. Le chef mafieux italien Rocco Morabito, trafiquant de drogue en cavale depuis sa fuite d’une prison uruguayenne en juin 2019, a été capturé lundi dans la ville de Joao Pessoa, dans le nord-est du Brésil.

Considéré comme le patron de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, il a été appréhendé « avec un autre fugitif italien », dont l’identité n’a pas été révélée, à la suite d’une « enquête conjointe entre le Brésil et l’Italie », a affirmé la Police fédérale brésilienne (PF).

Condamné par contumace à 30 ans de prison

« Il y a des traces d’actions de Rocco Morabito dans l’organisation du trafic de drogue entre le Brésil et l’Europe depuis les années 1990 », a expliqué le PF, qui a annoncé pour ce mardi une conférence de presse avec des détails sur l’opération. La Cour suprême avait ordonné l’arrestation de cet homme de 54 ans.

Rocco Morabito était recherché depuis 1995 par la justice italienne, accusé d’association illégale et de trafic de drogue, et avait été condamné par contumace à 28 ans de prison, puis à 30 ans. L’Italien, considéré comme l’un des dix criminels les plus recherchés au monde, avait déjà été arrêté en 2017 dans un hôtel de Montevideo après avoir résidé pendant 13 ans sous une autre identité dans la station balnéaire uruguayenne de Punta del Este. La justice uruguayenne a approuvé son extradition vers l’Italie en 2018, mais en juin 2019, il a réussi à s’enfuir de la prison centrale de Montevideo en passant par son toit, et était depuis en cavale.