Brexit : Paris avertit Londres de ne pas jouer avec le protocole sur l’Irlande du Nord

ULSTER L’accord prévoit que les passages restent libres entre République d’Irlande et Irlande du Nord

20 Minutes avec AFP
— 
Clément Beaune est le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes depuis juillet 2020.
Clément Beaune est le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes depuis juillet 2020. — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune a averti la Grande-Bretagne qu’il ne fallait pas jouer avec les règles commerciales post-Brexit du protocole nord-irlandais au moment où augmentent les craintes de violences cet été en Irlande du Nord. Londres doit se montrer « responsable » à propos de ce texte, a demandé Clément Beaune samedi à La Haye devant un petit groupe de médias, à l’issue de discussions avec le ministre néerlandais des Affaires étrangères.

« Nous ne pouvons accepter qu’il y ait un jeu politique sur une question aussi sensible », a poursuivi Clément Beaune. « C’est une pièce centrale de la stabilité européenne, on ne peut pas jouer avec cela. Nous ne jouerons jamais avec cela. Mais nous ne pouvons accepter que le protocole soit traité avec légèreté par une partie quelconque ». « Donc je dis simplement, et bien entendu nous en discutons avec la partie britannique, ne jouez pas avec le protocole », a-t-il ajouté.

En paix depuis 1998

Le protocole nord-irlandais, âprement négocié en 2019 entre Londres et Bruxelles, a instauré depuis le début de l’année des contrôles douaniers sur les marchandises arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne. Inclus dans le traité de Brexit, il vise à éviter le retour d’une frontière terrestre entre la province britannique et la République d’Irlande, membre de l’Union européenne, qui fragiliserait l’accord de paix ayant mis fin en 1998 à trois décennies de conflit sanglant entre unionistes, attachés au maintien sous la couronne britannique, et républicains, favorables eux à la réunification de l’île.

Mais les unionistes dénoncent l’introduction de fait d’une frontière en mer d’Irlande. Le protocole a contribué à déclencher des émeutes début avril dans des quartiers unionistes, avec 88 policiers blessés, et poussé la Première ministre Arlene Foster à la démission, victime d’une fronde au sein de sa formation politique, le parti unioniste DUP.

Juin pourrait être agité

Lundi, le ministre britannique chargé des relations avec l’UE, David Frost, a appelé l’UE à trouver un accord sur les difficultés posées par le protocole avant le 12 juillet, date à laquelle des marches orangistes commémorent la domination protestante sur la province. « Nous savons tous que la fin du printemps et l’été en Irlande du Nord peuvent parfois être agités », a-t-il insisté. Pour Clément Beaune, « le protocole n’est pas un problème. Le protocole est une solution à des problèmes frontaliers qui ont été créés par le Brexit ».

Clément Beaune avait été reçu jeudi à Dublin avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian par le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney, une occasion pour Paris et Dublin d’appeler Londres à respecter ses engagements concernant l’Irlande du Nord.