L'évêque négationniste Williamson a bien quitté l'Argentine

RELIGION L'Argentine lui avait donné dix jours pour quitter le pays, soulignant que ses thèses négationnistes «heurtaient profondément la société argentine, le peuple juif et l'humanité»...

Avec agence

— 

L'évêque catholique Richard Williamson à l'aéroport de Buenos Aires, le 24 février 2009. Expulsé d'Argentine pour ses propos négationnistes, il s'en retourne à Londres et dans son pays d'origine. 
L'évêque catholique Richard Williamson à l'aéroport de Buenos Aires, le 24 février 2009. Expulsé d'Argentine pour ses propos négationnistes, il s'en retourne à Londres et dans son pays d'origine.  — E. MARCARIAN/REUTERS

L'évêque intégriste britannique Richard Williamson, sommé de quitter l'Argentine en raison de ses thèses négationnistes, a quitté mardi Buenos Aires pour Londres à bord d'un vol de British Airways.

L'évêque est arrivé accompagné de deux hommes à l'aéroport international d'Ezeiza et avait traversé le hall d'un pas rapide, portant lunettes et casquette noires, pour éviter la presse.

Des propos confirmés dans la presse

La levée de l'excommunication par Benoît XVI de Mgr Williamson et de trois autres évêques intégristes le 24 janvier avait suscité un énorme tollé et déclenché une crise qui a compromis les relations du Vatican avec le judaïsme et considérablement brouillé l'image du pape.

Deux jours avant le décret pontifical, Richard Williamson, 68 ans, avait déclaré à une télévision suédoise: «Je crois qu'il n'y a pas eu de chambres à gaz. Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration mais pas un seul dans les chambres à gaz.»

Des propos qu'il avait ensuite tranquillement confirmé dans l'hebdomadaire «Der Spiegel» début février, annonçant qu'il allait quand même approfondir le sujet.