Joe Biden se fait plaisir au volant du pick-up électrique de Ford

ETATS-UNIS Alors que les présidents n'ont pas le droit de conduire sur les routes publiques, Biden a pu tester la version électrique du truck préféré des Américains

P.B. avec AFP

— 

Le président américain Joe Biden au volant du pick-up électrique de Ford, le 18 mai 2021 dans le Michigan.
Le président américain Joe Biden au volant du pick-up électrique de Ford, le 18 mai 2021 dans le Michigan. — Evan Vucci/AP/SIPA

Conduire manquait tellement à George W. Bush qu’il en profitait dans son ranch dès qu’il rentrait au Texas. C’est parce que le Secret service interdit aux présidents américains – même après la fin de leur mandat – de conduire sur les routes publiques, une règle imposée après l’assassinat de JFK en 1963. C’est donc un Joe Biden tout sourire qui s’est installé au volant du nouveau pick-up électrique de Ford, le F-150 Lightning, mardi, lors d’une visite au Ford Rouge Electric Vehicle Center, à Dearborn, dans le Michigan.

« Cette bagnole va vite », a lâché Biden, avant d’accélérer pied au plancher sur le circuit de test. Le truck, qui doit officiellement être dévoilé mercredi, était encore bâché. Selon le président américain, il accélère de 0 à 100 km/h en environ 4,4 secondes. C’est équivalent au modèle intermédiaire du Cybertruck de Tesla, mais 50 % moins rapide que sa version trimoteur.

Biden en campagne pour son plan sur les infrastructures

« L’avenir de l’industrie automobile est électrique », a ensuite martelé Biden. « La seule question est de savoir si nous construisons ces véhicules et les batteries qui vont avec ici aux Etats-Unis ou si nous dépendrons d’autres pays. » « A ce jour, la Chine fait la course en tête », a-t-il dit, soulignant en particulier l’avance de la deuxième puissance économique mondiale dans les batteries. « Ils pensent qu’ils vont gagner, mes amis, j’ai un message pour eux : ils ne gagneront pas », a-t-il ajouté.

Comme il le fait depuis plusieurs jours, le président américain est venu promouvoir son plan d’investissements massifs dans les infrastructures. Cet « American Jobs Plan » de quelque 2.000 milliards de dollars n’est à ce stade qu’une proposition qui devra être votée – en l’état ou fortement modifiée – par le Congrès, où les démocrates ne disposent que d’une étroite majorité.

Le texte prévoit des incitations multiples pour soutenir le marché des véhicules électriques, avec la construction d’un réseau national de 500.000 stations de recharge d’ici 2030, et le passage à l’électricité pour 20 % des célèbres bus jaunes de ramassage scolaire.