Conflit israélo-palestinien : RSF saisit la Cour pénale internationale après frappes israéliennes contre des médias

PLAINTE « Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées », indique RSF

20 Minutes avec AFP

— 

L'immeuble détruit à Gaza abritait notamment les locaux d'AP.
L'immeuble détruit à Gaza abritait notamment les locaux d'AP. — Adel Hana/AP/SIPA

Reporters sans frontières (RSF) a saisi dimanche la Cour pénale internationale (CPI) après des frappes israéliennes contre des locaux abritant des médias à Gaza, considérant qu’elles peuvent être des « crimes de guerre », a indiqué une porte-parole de l’association à l’AFP.

« Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées », indique RSF dans sa saisine, les bombardements ayant visé les bureaux de médias palestiniens et étrangers.

RSF accuse Israël d’entraver la couverture médiatique du conflit

« RSF considère que le ciblage volontaire de médias et la destruction totale et intentionnelle de leurs équipements relèvent du crime de guerre en vertu de l’article 8 du Statut de Rome », selon le courrier en date du 16 mai, adressé à la Procureure générale Fatou Bensouda.

« L’armée israélienne a non seulement infligé des dégâts matériels très importants à des rédactions dont les journalistes, les équipements et les installations sont des personnes et des biens protégés au titre de la protection due à la population civile. Elle a également entravé la couverture médiatique d’un conflit qui affecte directement et gravement la population civile », poursuit RSF.

Israël justifie sa frappe

A Gaza, l’immeuble de 13 étages qui abritait notamment les équipes de la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera et l’agence de presse américaine Associated Press (AP) a été pulvérisé samedi par plusieurs missiles. L’armée israélienne avait demandé préalablement l’évacuation de l’immeuble.

Pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, cet immeuble était « une cible parfaitement légitime », en affirmant se baser sur des informations des services de renseignement.