Etats-Unis : L’oléoduc Colonial Pipeline redémarre mais pas de retour à la normale avant plusieurs jours

PETROLE Colonial Pipeline, qui gère 8.800 km d’oléoduc, a subi une cyberattaque le week-end dernier

20 Minutes avec AFP

— 

De nombreuses pompes sont encore vides aux Etats-Unis.
De nombreuses pompes sont encore vides aux Etats-Unis. — Manuel Balce Ceneta/AP/SIPA

Colonial Pipeline, l’opérateur de l’immense oléoduc américain paralysé par une cyberattaque le week-end dernier, a relancé jeudi soir l’ensemble de son système et recommencé la livraison de carburants, mais la situation dans les stations-service ne s’améliore encore que lentement. « Nous pouvons maintenant dire que nous avons redémarré tout notre système de pipeline et que la livraison des produits a commencé sur tous les marchés que nous desservons », a indiqué la compagnie dans un communiqué jeudi.

Le réseau d’oléoducs de 8.800 km, le plus important des Etats-Unis pour les produits raffinés, dessert toute la côte est américaine à partir des raffineries installées sur la côte du golfe du Mexique. Le président Joe Biden avait salué plus tôt la « bonne nouvelle » du redémarrage partiel, exhortant les Américains à rester patients alors que les approvisionnements seront rétablis au cours des prochains jours. Même si « nous ne ressentirons pas les effets à la pompe immédiatement », il y aura un « retour à la normale à partir de ce week-end, qui se poursuivra la semaine prochaine », a déclaré Joe Biden aux journalistes à la Maison-Blanche.

Une casse-tête pour peut-être encore deux semaines

La panique qui a saisi les automobilistes, provoquant des files d’attentes dans les stations-service et des pénuries dans plusieurs villes, commençait à se résorber « quelque peu », mais l’approvisionnement normal des stations-service risque de prendre « plusieurs semaines », a estimé pour sa part Patrick De Haan, analyste du site spécialisé GasBuddy. Selon Bill O’Grady, de Confluence Investment, « les carburants circulent dans le pipeline à la vitesse de 8 km/h, sur un oléoduc long de 8.800 km, faites le compte ! », a-t-il relevé, soulignant que le débit de livraison n’allait pas reprendre son rythme normal en seulement « un ou deux jours ».

Pour l’expert de GasBuddy, faire le plein va encore « être un casse-tête pendant sept à quatorze jours dans les États de Géorgie, de Caroline du Sud et du Nord, et en Virginie ». « Je reconnais que voir des files d’attente à la pompe quand il n’y a pas d’essence est particulièrement stressant, mais c’est temporaire. Ne stockez pas plus d’essence que vous n’en avez besoin. Ne paniquez pas », a encore déclaré le président Biden.

Des prix qui grimpent

A la suite de cet incident, le prix moyen de l’essence à la pompe a grimpé au-dessus des 3 dollars le gallon (3,79 litres), augmentant de 7 cents, pour la première fois depuis 2014, selon l’association automobile AAA. La cyberattaque dont a été victime Colonial Pipeline utilisant un rançongiciel, ou « ransomware », a été menée par le groupe criminel DarkSide, a indiqué la police fédérale. Selon des informations de Bloomberg, la compagnie aurait payé 5 millions de dollars aux pirates, une information qui contredit celle du Washington Post, qui affirme que la compagnie n’a pas versé de rançon.

Interrogée, un porte-parole de Colonial Pipeline n’a pas fait de commentaire indiquant qu’il y avait une enquête en cours. L’administration Biden s’est aussi abstenue de commenter, tout en soulignant que les compagnies devaient renforcer leur sécurité informatique.