Mort de George Floyd : Le juge retient des facteurs aggravants contre Derek Chauvin, qui risque une peine plus lourde

ETATS-UNIS L'ex-policier, qui sera fixé sur son sort le 25 juin, risque selon toute vraisemblance entre 15 et 30 ans de réclusion

P.B.

— 

Derek Chauvin écoute le verdict qui le reconnait coupable du meurtre de George Floyd, à Minneapolis le 20 avril 2021.
Derek Chauvin écoute le verdict qui le reconnait coupable du meurtre de George Floyd, à Minneapolis le 20 avril 2021. — /AP/SIPA

Il a agi avec « cruauté » et « abusé de son autorité ». Mercredi, le juge Cahill a retenu quatre facteurs aggravants contre Derek Chauvin, reconnu coupable le mois dernier du meurtre de George Floyd. Une décision qui ouvre la voie à une condamnation plus lourde que le maximum des 15 ans recommandé pour un meurtre au 2nd degré non-intentionnel par la justice du Minnesota. L’ex-policier sera fixé sur son sort le 25 juin, tandis que ses trois anciens collègues seront, eux, jugés en août pour complicité.

La justice du Minnesota fonctionne avec un système de grille des peines que les magistrats doivent suivre. Pour un meurtre au 2nd degré, le maximum théorique est de 40 ans de prison. Mais Derek Chauvin a été reconnu coupable de la variante non-intentionnelle. Et parce qu’il n’a aucun antécédent, la grille recommande entre 10 et 15 ans de prison.

Maximum probable de 30 ans

Les procureurs avaient toutefois déposé un recours pour faire reconnaître des facteurs aggravants. Derek Chauvin avait demandé au juge – et pas au jury qui l’a déjà reconnu coupable – de trancher la question. Le juge Cahill en a retenu quatre sur cinq : selon lui, Derek Chauvin a « abusé de sa position de confiance et d’autorité », « a traité George Floyd avec une grande cruauté », a agi en présence de quatre témoins mineurs et « a commis son crime en réunion » avec ses trois autres ex-collègues, dont deux qui l’ont aidé à immobiliser George Floyd.

Ces facteurs aggravants vont permettre au juge, s’il le décide, de dévier de la grille pour prononcer une peine plus lourde. En théorie, jusqu’au maximum de 40 ans, mais en pratique, c’est peu probable vu le caractère « non-intentionnel ». Selon l’avocat Ted Sampsell-Jones, professeur de droit à l’université Mitchell Hamline, dans le Minnesota, le plafond se situe autour de 30 ans. Il estime que le juge devrait, sauf surprise, décider d’une peine « dans le haut de la fourchette », vraisemblablement comprise entre 20 et 25 ans. Qui sera assortie d’une période de sûreté des deux-tiers.