Trêve à Gaza: Olmert suspend le négociateur israélien

ISRAEL La semaine passée, Amos Gilad avait vivement critiqué le bureau du Premier ministre sortant, qui réclamait la libération du soldat Shalit comme préalable à tout accord de trêve...

Avec agence

— 

Signe d'un déblocage diplomatique, le négociateur israélien, Amos Gilad, s'est rendu au Caire pour discuter d'un éventuel cessez-le-feu alors que plus de 1.000 Palestiniens ont péri depuis le 27 décembre.
Signe d'un déblocage diplomatique, le négociateur israélien, Amos Gilad, s'est rendu au Caire pour discuter d'un éventuel cessez-le-feu alors que plus de 1.000 Palestiniens ont péri depuis le 27 décembre. — Sameh Sherif AFP/Archives

Quelques jours avant de laisser la place à Benjamin Netanyahu, Ehud Olmert, le Premier ministre israélien sortant, a suspendu Amos Gilad de ses fonctions de principal négociateur avec l'Egypte sur une trêve à Gaza.

Selon un haut responsable à la présidence du Conseil, le négociateur israélien est ainsi sanctionné pour avoir sévèrement critiqué le bureau de Ehud Olmert.

«Le Premier ministre a décidé de suspendre Amos Gilad de ses fonctions de négociateur avec l'Egypte, car il ne jouit plus de sa confiance», a-t-il déclaré.

Une interview incriminée


«Gilad assumait un rôle sensible car il menait avec l'Egypte des négociations sur une trêve (avec le Hamas) et la libération de Gilad Shalit (le soldat israélien), mais malheureusement son comportement, en particulier une interview octroyée la semaine dernière au quotidien "Maariv", l'a privé de la confiance de ses supérieurs», a ajouté ce responsable avant de préciser que «les contacts avec l'Egypte se poursuivront par l'intermédiaire d'un haut responsable du bureau du Premier ministre».

Selon la radio publique, Ehud Olmert a demandé des sanctions administratives à l'encontre du négociateur pour avoir porté préjudice à son statut de chef du gouvernement ainsi qu'aux relations extérieures de l'Etat.

«C'est de la folie, c'est de la pure folie»


Dans cette interview au journal israélien, Amos Gilad, le conseiller politique du ministère de la Défense, avait dénoncé la décision du Premier ministre de lier la conclusion d'un accord sur une trêve et l'ouverture des points de passage entre Israël et la bande de Gaza à la libération préalable de Shalit détenu depuis 2006 à Gaza.

«Je ne comprends ce qu'ils (au bureau de Ehud Olmert) tentent de faire. Insulter les Egyptiens? Nous les avons déjà insultés? C'est de la folie, c'est de la pure folie. L'Egypte est notre dernière alliée dans la région», avait-il argumenté.