Tensions à Jérusalem : Au moins 70 morts dans les affrontements entre Israël et le Hamas

CONFLIT Plus tôt dans la journée, le Hamas avait annoncé la mort de plusieurs de ses hauts responsables militaires

20 Minutes avec AFP

— 

Les frappes israéliennes ont provoqué la mort de 56 personnes à Gaza dont des leaders du Hamas.
Les frappes israéliennes ont provoqué la mort de 56 personnes à Gaza dont des leaders du Hamas. — Adel Hana/AP/SIPA

Alors que les affrontements les plus intenses depuis sept ans entre Gaza et Israël ont tué au moins 70 personnes depuis lundi, aucun signe d'apaisement n'était perçu, faisant craindre une "guerre à grande échelle".

La dernière victime connue de cette escalade militaire est un enfant de six ans, dans la ville israélienne de Sdérot, victime d'un nouveau barrage de roquette du Hamas depuis la bande de Gaza qui a causé des ravages dans la ville voisine d'Ashkelon. Ce décès porte à sept -incluant un soldat- le nombre de personnes tuées en Israël depuis le déclenchement des hostilités lundi. A Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien et contrôlée par le Hamas, 65 personnes sont mortes dans des frappes israéliennes, dont 16 enfants et plusieurs commandants du Hamas.

Un édifice d'une dizaine d'étages détruit à Gaza

Ce merdredi, un édifice d’une dizaine d’étages y a été détruit par des frappes israéliennes. La tour Al-Shorouk, qui abritait des bureaux de la chaîne de télévision palestinienne Al-Aqsa, est le troisième grand édifice de la bande de Gaza à être détruit depuis lundi soir.

Dans un communiqué publié plus tôt ce mercredi, le mouvement islamiste armé Hamas a annoncé la mort de Bassem Issa, chef de sa branche militaire pour la ville de Gaza, chef-lieu de ce territoire palestinien, et de « nombreux » autres hauts responsables militaires de l’organisation dans des frappes de l’armée israélienne.

Trois autres leaders tués

La brigade Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas​, n’a pas nommé les autres membres de l’organisation tués dans les frappes israéliennes mais a salué dans un communiqué le « courage » des « chefs » et « des combattants » qui se sont levés pendant l’agression des forces d’occupation (nom donné par le Hamas à Israël) contre les positions du mouvement.

Le Shin Beth, service de renseignement intérieur israélien, avait plus tôt en après-midi annoncé la mort de Bassem Issa mais aussi de trois autres leaders de l’organisation dans des frappes contre l’enclave palestinienne de deux millions d’habitants. Le Shin Beth a indiqué que les forces israéliennes avaient ainsi tué Jamaa Tahla, bras droit de Mohammed Deif, le numéro 1 de la branche armée du mouvement, Gamal Zabda, chef du développement des capacités technologiques du mouvement et Khazem Khatib, patron du département d’ingénierie du Hamas.

1.000 roquettes ont été tirées vers Israël

Au total, les services israéliens affirment avoir tué une « dizaine » d’autres responsables du Hamas, mais aussi des cadres du Jihad islamique, second groupe islamiste armé de la bande de Gaza, dans une série de frappes menées depuis lundi soir.

Ces frappes, qui se poursuivaient mercredi, sont menées en représailles à des barrages de roquettes du Hamas et du Jihad islamique dirigées depuis lundi soir vers le territoire israélien. Selon l’armée israélienne, plus de 1.000 roquettes ont été tirées vers Israël depuis lundi soir.