Royaume-Uni : Elizabeth II confirme en direct l'interdiction prochaine des thérapies de conversion

LGBT Le ministère britannique des Femmes et de l’Egalité va créer un fonds d’aide aux victimes et soumettre des propositions d’interdiction de ces thérapies en Angleterre et au Pays de Galles

20 Minutes avec Agence

— 

La reine Elisabeth II s'est exprimée devant les membres des Chambres des communes et des Lords.
La reine Elisabeth II s'est exprimée devant les membres des Chambres des communes et des Lords. — Victoria Jones/AP/SIPA

La reine Elizabeth II a prononcé mardi devant les membres des Chambres des communes et des Lords un discours dont un passage a été très remarqué. « Les mesures pour lutter contre les disparités ethniques et raciales et pour interdire les thérapies de conversion seront avancées », a déclaré la souveraine qui s’exprimait dans le cadre de l’ouverture de la session du Parlement britannique.

Cette intervention de la reine présente traditionnellement les grandes lignes des projets du gouvernement. Dans un communiqué publié le jour du discours, Liz Truss, ministre des Femmes et de l'Egalité, a confirmé que des lois sur le sujet allaient être soumises aux élus d’Angleterre et du Pays de Galles. Une consultation sera menée en parallèle auprès du grand public et des différents acteurs concernés.

Des thérapies « abjectes et coercitives »

Le ministère a expliqué vouloir « s’assurer que l’interdiction visera cette pratique tout en protégeant les professionnels de santé et en respectant la liberté d’expression et la liberté religieuse ». Liz Truss a indiqué que « les propositions de loi signifient que personne ne sera soumis à ces thérapies de conversion abjectes et coercitives ». Elle a aussi évoqué une mesure en faveur des victimes de ces pratiques par le passé.

Un nouveau financement offrira aux bénéficiaires « un meilleur accès à l’aide dont ils ont besoin », a annoncé Liz Truss. Il s’agit d’une première dans le pays. Le ministère des Femmes et de l’Egalité s’est félicité de ces annonces « renforçant la place du Royaume-Uni parmi les leaders internationaux en matière des droits des LGBT ​ ». The Hill précise que les thérapies de conversions sont interdites au Canada, à Malte, en Allemagne, au Mexique et dans certaines régions australiennes.