Coronavirus en Inde : Des dizaines de corps de victimes s’échouent sur les rives du Gange

PANDEMIE Selon des observateurs, les corps auraient passé plusieurs jours dans l'eau du fleuve

20 Minutes avec agences

— 

Une personne se fait tester contre le Covid-19 en Inde, en mai 2021 (Illustration)
Une personne se fait tester contre le Covid-19 en Inde, en mai 2021 (Illustration) — Shaukat Ahmed/Pacific Press/Shut

Des dizaines de corps de personnes présumées mortes du Covid-19 se sont échoués ce week-end sur les rives du Gange, dans le nord de l’Inde. Une quarantaine de cadavres se sont notamment échoués dans le district de Buxar.

« Nous avons ordonné aux fonctionnaires concernés de s’occuper des corps, et de soit les enterrer, soit les brûler », a indiqué un fonctionnaire local. Selon certains médias locaux, le nombre de cadavres pourrait atteindre la centaine.

Un bilan inquiétant et encore sous-estimé

Selon d’autres fonctionnaires, certains corps sont boursouflés et partiellement brûlés. Ils ont probablement passé plusieurs jours dans le fleuve. Les habitants pensent que ces cadavres ont été jetés à l’eau car les crématoriums sont débordés, ou parce que les proches des victimes ne pouvaient pas payer le bois nécessaire pour les bûchers funéraires.

La pandémie de coronavirus s’étend à toute allure dans l’immense arrière-pays indien. Le nombre de contaminations et de morts submerge les structures sanitaires, les crématoriums et les cimetières. Selon des chiffres officiels, 4.000 personnes meurent chaque jour du Covid-19 dans le pays, où le bilan total frôle les 250.000 décès.

De nombreux experts jugent ces chiffres inférieurs à la réalité, citant notamment des données provenant des crématoriums. Les victimes non comptabilisées sont particulièrement nombreuses maintenant que la flambée épidémique s’est répandue hors des grandes villes, dans les zones rurales où les hôpitaux sont rares et tiennent peu à jour leurs registres.