Chine : Sept fournisseurs d'Apple accusés de travail forcé sur des milliers de Ouïghours

ESCLAVAGISME L’un des fabricants pointés du doigt possède une usine dans une zone industrielle du Xinjiang entourée de clôtures et à côté de laquelle se trouve un centre de détention

20 Minutes avec agence

— 

Illustration Apple
Illustration Apple — Richard B. Levine/NEWSCOM/SIPA

Une enquête a établi des liens entre des fournisseurs d’Apple et le travail forcé, concernant notamment les Ouïghours, en Chine. Les investigations de The Information et des défenseurs des droits humains pointent du doigt sept entreprises.

Plusieurs milliers de Ouïghours travailleraient contre leur volonté pour ces sept sociétés. L’une d’elles, Advanced-Connectek, possède une usine dans le Xinjiang, à l’ouest de la Chine, où vivent de nombreux Ouïghours. Des images satellites de la zone où se trouve son usine ont mis la puce à l’oreille des activistes.

Des milliers de Ouïghours détenus

Les lieux sont entourés de murs et de clôtures et ne comportent qu’une seule entrée et sortie. Les clichés ont par ailleurs révélé à côté du site un bâtiment identifié comme un centre de détention où vivent les employés. Ces spécificités ne sont observables que dans des « parcs industriels où des prisonniers travaillent », explique le chercheur australien Nathan Ruser.

Les autres fournisseurs ne sont pas installés dans la région mais recevraient de la main-d’œuvre issue de la communauté ouïghoure ou d’autres minorités persécutées. Shenzhen Deren Electronic, fabricant de composants pour Apple, ferait travailler 1.000 Ouïghours. Lens Technology, spécialisé en écrans, en aurait de son côté eu 800 à sa disposition depuis 2018.

« Aucune preuve » de travail forcé selon Apple

Avary Holding, qui fournit des circuits imprimés à Apple, aurait quant à elle fait venir du Xinjiang 400 travailleurs entre 2019 et 2020. L’entreprise a cependant démenti l’information. Les auteurs de l’enquête ont établi les liens entre Apple et ces fabricants en utilisant des documents officiels et les comptes d’employés sur les réseaux sociaux.

Précédemment confronté à des accusations similaires, le géant californien avait répondu en décembre dernier n’avoir aucune preuve du travail forcé de Ouïghours dans les usines de ses fournisseurs. Apple avait mis en avant sa « tolérance zéro » vis-à-vis de cette pratique contraire aux droits humains.