Chine : Un léopard recherché trois semaines après son évasion, le zoo avait tardé à donner l’alerte

ANIMAUX Le zoo a dissimulé la fuite des trois jeunes léopards pendant trois semaines par peur d’une mauvaise publicité à l’approche des congés du 1er mai

20 Minutes avec agences

— 

Un léopard (illustration).
Un léopard (illustration). — REX/Tom Ross/REX/SIPA

Un léopard est toujours activement recherché dans l’est de la Chine, trois semaines après son évasion avec deux autres félins du parc animalier de Hangzhou. La structure a été vivement critiquée pour avoir tardé à donner l’alerte.

Des habitants de Hangzhou avaient repéré ce jeudi un félin en liberté dans les environs et supposé que l’animal avait pu s’échapper du zoo voisin. Le parc animalier a tout d’abord démenti, avant d’annoncer ce samedi une fermeture temporaire pour « raisons de sécurité ».

Éviter une mauvaise publicité

La nouvelle est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux. Ce n’est que bien plus tard ce samedi que le zoo a finalement admis qu’un de ses pensionnaires s’était fait la belle. Le jeune léopard se serait en fait enfui le 19 avril dernier en compagnie de deux congénères à cause d’un employé chargé du nettoyage qui n’aurait pas respecté les règles de sécurité.

La direction a présenté ses excuses pour le retard, expliquant qu’elle ne voulait pas « semer la paniquer » et s’attirer une publicité négative à l’approche des congés du 1er mai. Cinq personnes, dont le responsable du zoo, ont été arrêtées et une enquête a été ouverte, apprenait-on ce lundi.

Des incidents fréquents dans les zoos

Deux des fuyards ont déjà été capturés, le troisième est toujours recherché avec d’importants moyens, notamment aériens. La vidéo d’un jeune léopard se débattant désespérément au moment de sa capture et les images d’un autre félin reposant dans un enclos avec une patte en moins ont par ailleurs provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

« Qu’ont fait ces jeunes léopards pour être malmenés de la sorte », s’interroge un internaute sur le réseau social chinois Weibo. Les parcs animaliers en Chine sont fréquemment critiqués pour les conditions de vie des animaux et pour des incidents mortels liés à des règles de sécurité laxistes.

Ce n’est pas la première fois que des animaux sauvages sèment la terreur dans le pays. En avril, un tigre de Sibérie s’était retrouvé nez à nez avec un paysan dans un village frontalier de la Russie avant de l’attaquer.