Russie : Une loi en préparation pour exclure des élections les partisans d’Alexeï Navalny

OPPOSITION Le texte vise toute personne ayant occupé un poste à responsabilité dans une organisation jusqu’à trois ans avant sa qualification d'« extrémiste »

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme manifeste pour soutenir Alexeï Navalny avec une pancarte indiquant « un pour tous et tous pour un », à Moscou le 23 janvier 2021.
Une femme manifeste pour soutenir Alexeï Navalny avec une pancarte indiquant « un pour tous et tous pour un », à Moscou le 23 janvier 2021. — Mihail Tokmakov / SOPA Images

Une proposition de loi interdisant aux personnes impliquées dans des organisations classées « extrémistes » d’être élues députés, un texte visant de fait les partisans de l'opposant Alexeï Navalny, va être examinée par la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

« La première lecture aura lieu le 18 mai. Il est important de ne pas la retarder. Nous comptons sur le soutien de nos collègues pour que les nouvelles règles fonctionnent avant les prochaines élections » législatives en septembre, a déclaré le député Vassili Piskarev sur la chaîne Telegram de la commission chargée des ingérences dans les affaires intérieures.

Auto-dissolution des bureaux d’Alexeï Navalny

Le texte aura une application rétroactive. Il vise toute personne ayant occupé un poste à responsabilité dans une organisation jusqu’à trois ans avant sa qualification d'« extrémiste ». Le délai est d’un an pour les militants. La proposition a été élaborée alors que la justice russe examine le 17 mai une demande du parquet pour que le réseau de bureaux régionaux et le Fonds de lutte contre la corruption (FBK) d’Alexeï Navalny soient qualifiés d'«extrémistes». L’opposant, incarcéré depuis janvier, comptait présenter ses candidats pour les législatives de septembre ou alors soutenir ceux d’autres formations les plus à même de battre les représentants du parti du Kremlin.

Si ses organisations étaient classées extrémistes elles seraient de facto interdites et leurs membres menacés de peines de prison. En réaction, les bureaux régionaux d’Alexeï Navalny en Russie ont annoncé leur auto-dissolution fin avril. Ce réseau avait déjà été ajouté fin avril à une liste des organisations « extrémistes et terroristes » du service russe des renseignements financiers. Cette liste compte également des centaines d’organisations et de personnalités russes et étrangères, notamment les groupes djihadistes Al-Qaïda et Etat islamique.