Tensions à Jérusalem : Le Djihad islamique annonce la mort de deux de ses commandants dans des frappes israéliennes

AFFRONTEMENTS A la suite d'une pluie de roquettes tirées ce lundi soir depuis Gaza, l'armée israélienne a multiplié les frappes sur l'enclave palestinienne sous blocus

20 Minutes avec AFP

— 

Des tirs israéliens visant la bande de Gaza, le 11 mai 2021.
Des tirs israéliens visant la bande de Gaza, le 11 mai 2021. — Mahmoud KHATAB / AFP

Le deuxième groupe armé palestinien de la bande de Gaza, le Djihad islamique, a annoncé ce mardi la mort de deux de ses commandants dans des frappes israéliennes sur l’enclave palestinienne.

« Deux commandants de la brigade al-Quds (branche armée du mouvement) ont été tués et huit personnes blessées, dont une femme et deux enfants, dans les frappes aériennes sur un appartement du quartier al-Rimal », à Gaza, ont indiqué des sources au sein du Djihad islamique.

Le frère de Baha Abou al-Ata visé

En novembre 2019, l’assassinat par Israël de Baha Abou al-Ata – commandant du groupe pour le nord de la bande de Gaza et responsable de nombreuses attaques contre l’Etat hébreu – avait donné lieu à un barrage de roquettes tirées par le Jihad islamique et de nombreuses frappes israéliennes sur l’enclave palestinienne. Selon des sources au sein du Djihad islamique, les frappes israéliennes ce mardi matin visaient le frère de Baha Abou al-Ata, Mohammed, qui a été « blessé » mais dont les deux assistants ont péri.

Depuis une pluie de roquettes tirées lundi soir depuis Gaza, en « solidarité » avec les Palestiniens de Jérusalem-Est, l’armée israélienne a multiplié les frappes sur l’enclave palestinienne sous blocus. Ces frappes ont fait jusqu'à présent 22 morts mais ce bilan pourrait encore s’alourdir alors que la branche armée du mouvement Hamas, qui contrôle l’enclave, a fait état ce mardi de nouveaux « martyrs » sans en préciser le nombre, ni le lieu de leur décès.