Coronavirus : Angela Merkel s'oppose à la levée des brevets sur les vaccins, Vladimir Poutine favorable

VACCINATION L’Union européenne, elle, a assuré jeudi être « prête à discuter » de ce sujet qui s’invitera au sommet de ses 27 Etats membres à Porto vendredi

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine, le 11 mars 2021 à Moscou.
Vladimir Poutine, le 11 mars 2021 à Moscou. — Alexei Druzhinin/AP/SIPA

Estimant qu'ils devaient continuer à être «protégés», le gouvernement d'Angela Merkel a exprimé de fortes réserves, ce jeudi, à l'égard de la proposition soutenue par les Etats-Unis d'une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid. Plus tôt dans la journée, le président russe, Vladimir Poutine, lui, s'est dit favorable à l'idée. 

«La proposition américaine sur une levée des brevets pour les vaccins contre le Covid-19 a des implications pour l'ensemble de la production de vaccins», a mis en garde une porte-parole du gouvernement allemand dans un communiqué. «La protection de la propriété intellectuelle est la source de l'innovation et doit continuer à l'avenir à le rester», a-t-elle ajouté.

Le gouvernement allemand divisé

«Ce qui limite la fabrication des vaccins ce sont les capacités de production et les exigences élevées de qualité, pas les brevets», a encore souligné la porte-parole. Le gouvernement allemand a plutôt plaidé pour une aide renforcée aux pays en développement, afin de les aider à accéder aux vaccins.

Toutefois, le gouvernement de coalition de la chancelière conservatrice est apparu divisé jeudi sur la question. Son ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, s'est ainsi dit en parallèle ouvert à la discussion, à l'image de l'Union européenne.

Une version « légère » du vaccin Spoutnik V

Le président russe Vladimir Poutine, lui, s’est dit favorable à l’idée de lever les brevets sur les vaccins contre le Covid-19. « Bien sûr, la Russie soutiendrait une telle approche », a affirmé Vladimir Poutine pendant une réunion sur la pandémie retransmise à la télévision, demandant au gouvernement russe d’y travailler. « Dans les conditions actuelles, comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, il ne faut pas penser à la façon de tirer un bénéfice maximum mais à la façon d’assurer la sécurité des gens », a-t-il déclaré.

La Russie a mis au point quatre vaccins à ce jour, à commencer par son produit phare, le Spoutnik V, dont une version à une injection au lieu de deux, le Spoutnik Light («Léger »), a été homologuée par les autorités sanitaires jeudi. Vladimir Poutine s’est ainsi joint aux Etats-Unis qui ont annoncé mercredi être favorables à une levée des brevets.

L’UE « prête à discuter »

Il n’a cependant pas fait la moindre référence à cette proposition de Washington, affirmant même qu’il s’agissait d’une « idée en Europe ». Elle « mérite [de retenir] l’attention selon moi et je veux dire par là la levée pure et simple de la protection des brevets sur la vaccination contre le Covid-19 », a-t-il poursuivi.

L’Union européenne a assuré jeudi être « prête à discuter » de ce sujet qui s’invitera au sommet de ses 27 Etats membres à Porto vendredi, tout en se montrant sceptique sur l’efficacité d’une telle mesure pour accélérer la vaccination mondiale. Jusqu’à présent, elle était opposée à cette idée. Le président français Emmanuel Macron s’est déclaré jeudi « tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée » et l’Allemagne a dit être « ouverte » à la discussion.