Quelles sont les prévisions de la CIA pour le « monde d’après » ?

NO FUTUR Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’agence de renseignement américaine ne déborde pas d’enthousiasme pour le monde de 2040

Marie De Fournas

— 

La CIA sort ses prédiction sur l'évolution du monde d'ici 2040.
La CIA sort ses prédiction sur l'évolution du monde d'ici 2040. — N.A.S.A./SIPA
  • Les prévisions de la CIA pour 2040 ont été éditées en France, aux éditions des Equateurs. Selon l’agence américaine de renseignement, lors des deux prochaines décennies, le dérèglement climatique va s’accentuer provoquant des tensions entre les pays développés.
  • Certains pays auront du mal à faire face à leur lourde dette ce qui ébranlera la confiance de la population et risquera de mettre en péril des démocraties.
  • Les attaques terroristes, loin de décroître pourraient évoluer et devenir encore plus meurtrières.

La boule de cristal n’est pas des plus optimistes. Comme après chaque élection américaine, la CIA publie un rapport faisant des prédictions sur la situation mondiale pour les vingt prochaines années. La version française vient d’être publiée aux éditions des Equateurs, 20 Minutes a pu la consulter.

Comme en 2009, le rapport de la CIA avait mis en garde contre une possible épidémie mondiale venue d’Extrême-Orient (vous l’avez ?), nous avons lu celui-ci avec une grande attention. A priori, les cartes ne présagent pas de nouvelle pandémie. En revanche, on ne peut pas dire que les 250 pages de ce livre débordent d’optimisme quant à notre avenir d’ici 2040. On vous laisse juger par vous-même.

Ça chauffe dans tous les sens pour le Climat

En plus de l’aggravation des « risques concernant l’alimentation, l’eau, la santé et la sécurité énergétique » provoquée par la dégradation de l’environnement, les dérèglements climatiques représenteront des coûts et des défis qui pèseront « de manière disproportionnée sur les pays en développement ». L’agence américaine prévoit notamment des débats particulièrement intenses concernant le rythme et la manière auxquels chacun devra atteindre la neutralité carbone.

« Les pays seront confrontés à des choix cornéliens sur la manière de mettre en œuvre une réduction drastique des émissions, assure la note. Il en résultera une inégale répartition des responsabilités et des avantages au sein des pays ou entre eux, un renforcement de la concurrence, de l’instabilité, de la discorde politique et une fragilisation de la préparation militaire. »

Le terrorisme loin d’être éradiqué

L’agence de renseignement pense que les progrès technologiques, « notamment l’intelligence artificielle, la biotechnologie et la connectivité des objets », permettront aux terroristes de concevoir des nouvelles méthodes d’attaques. Elle craint que ces groupes ne finissent par se procurer des armes de destruction massive, ou d’autres armes, leur permettant de « mener à bien des attaques spectaculaires faisant de nombreuses victimes ».

La CIA indique également la possible résurgence en Europe, Amérique latine ou encore Amérique du Nord de « terroristes d’extrême droite et d’extrême gauche qui font la promotion de toute une série de thématiques : le racisme, l’environnementalisme et l’extrémisme anti-gouvernemental, par exemple ».

Des dettes et l’essor des crypto monnaies

Si la CIA se montre plutôt optimiste sur les économies asiatiques qui « semblent prêtes à poursuivre des décennies de croissance », ainsi que pour les pays membres de l’OCDE, elle l’est beaucoup moins pour d’autres. « De nombreux gouvernements verront leur marge de manœuvre réduite alors qu’ils doivent faire face à une dette plus lourde, à des règles commerciales plus nombreuses et à une pression de l’opinion publique pour relever des défis allant de l’évolution démographique au changement climatique. »

Selon elle, les monnaies numériques devraient avoir encore le vent en poupe au cours des deux prochaines décennies, « à mesure que le nombre de monnaies virtuelles proposées par les banques centrales augmente ». En revanche, elles pourraient bien « complexifier la politique monétaire en affaiblissant le contrôle exercé par les pays sur le taux de change et la masse monétaire ».

Des populations (encore plus) pessimistes et suspicieuses

Le ralentissement de la croissance économique pourrait nourrir chez de larges pans de la population mondiale « un sentiment d’insécurité, d’incertitude concernant l’avenir et de méfiance à l’égard des institutions et des gouvernements qu’ils considèrent comme corrompus ou inefficaces ». La CIA observe d’ailleurs que de plus en plus de gens vont chercher ce sentiment de communauté et de sécurité en se tournant vers des groupes ethniques, religieux ou culturels avec qui ils partagent les mêmes idées.

Par ailleurs, le décalage entre les attentes de la population et le manque d’offre concrète de la part des gouvernements dus aux contraintes économiques, « laisse présager une plus forte instabilité politique, des risques pour la démocratie et un rôle croissant pour les sources de gouvernance alternatives ».

Plus de vieux, plus de contrôles à l’immigration

Sans grande surprise, la CIA estime que la population sera de plus en plus vieillissante et que le taux de natalité restera faible dans les pays développés, ce qui pèsera sur la croissance de certaines économies, « notamment la Chine ». « Les pays relativement pauvres d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud seront à l’origine de la majeure partie de la croissance démographique mondiale », indique le rapport.

Par conséquent, la pression migratoire ne fera que s’accroître les prochaines années en provenance de pays en développement vers les pays développés vieillissant. « Ces tendances démographiques et humaines pèseront sur les gouvernements pour qu’ils augmentent les investissements publics et contrôlent l’immigration », souligne les experts.

Un peu de positif avec les nouvelles technologies

L’agence assure que le rythme des évolutions technologique devrait s’intensifier les vingt prochaines années, mais qu’elles auront surtout un impact globalement positif sur nos conditions de vie. Notamment en « transformant et améliorant les expériences, les capacités humaines et offrant la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité ».

La conquête de l’espace sera plus que jamais au cœur de nos vies avec un nombre croissant de pays participants à son exploration. Conséquences : « Les services tels que les communications, de navigation et d’imagerie par satellite, deviendront omniprésentes et offriront des capacités améliorées, des coûts réduits et une efficacité accrue. »​