Etats-Unis : Portée disparue, elle vivait en réalité dans une tente en forêt

ERMITE Cette femme de 47 ans décrite comme souffrant de troubles mentaux a survécu dans sa tente en mangeant de la mousse et de l’herbe et en buvant l’eau d’une rivière proche

20 Minutes avec agence

— 

Etats-Unis : Portée disparue, elle vivait en réalité dans une tente en forêt (illustration).
Etats-Unis : Portée disparue, elle vivait en réalité dans une tente en forêt (illustration). — KONRAD K./SIPA

Une femme recherchée depuis fin 2020 dans une forêt de l’Utah (Etats-Unis) a été retrouvée saine et sauve dimanche. L’Américaine de 47 ans, décrite comme souffrant de troubles mentaux, a passé près de six mois dans les bois. Elle vivait dans une tente et se nourrissait d’herbe et de mousse. La quadragénaire « avait perdu beaucoup de poids et était affaiblie » lorsqu’elle a été découverte, rapporte un communiqué du shérif local relayé par le New York Post.

Un choix « délibéré » selon les autorités

La voiture de la femme disparue avait été retrouvée abandonnée le 25 novembre dernier sur le parking d’une zone de camping du canyon de Spanish Fork. Des éléments présents dans le véhicule avaient permis aux gardes forestiers d’établir l’identité de sa propriétaire. Une enquête de plusieurs mois et des recherches intensives dans la forêt environnante en décembre 2020 n’avaient pas permis de retrouver la campeuse.

« Nous pensons aujourd’hui qu’elle a délibérément choisi de rester dans les environs dans les mois qui ont suivi novembre 2020 », ont indiqué les autorités locales.

Retrouvée grâce à un drone tombé au sol

De nouvelles recherches ont été organisées ce dimanche dans l’espoir de trouver des traces de vie de l’Américaine. Un drone utilisé lors de l’opération s’est écrasé au sol. En allant récupérer l’engin, le pilote et un policier sont tombés sur l’ermite.

Celle qui avait aussi survécu grâce à l’eau d’une rivière toute proche a été conduite à l’hôpital où elle a fait l’objet d’une évaluation mentale. « Nous tenons à préciser que même si beaucoup de gens ne choisissent pas de vivre […] comme cette femme, celle-ci n’a rien fait d’illégal, a commenté le bureau du shérif. Et dans le futur, il est possible qu’elle choisisse de retourner au même endroit. »