États-Unis : Une personne armée tente d’entrer dans le siège de la CIA, elle est blessée par balles

INTRUSION Cette personne non identifiée n’a pas pu franchir la première porte d’accès menant au vaste complexe boisé de la CIA, l’agence de renseignements américaine

20 Minutes avec agences

— 

Les locaux de la CIA à Langley, en Virginie (image d'illustration).
Les locaux de la CIA à Langley, en Virginie (image d'illustration). — SAUL LOEB / AFP

Une personne armée a été blessée par balle ce lundi après-midi, touchée par des tirs d’agents du FBI après avoir tenté de pénétrer dans le siège de la CIA, a indiqué la police fédérale américaine. Cette personne non identifiée n’a pas pu franchir la première porte d’accès menant au vaste complexe boisé de la CIA, l’agence de renseignements américaine, situé à proximité de Washington.

Le personnel de sécurité a ensuite, pendant plusieurs heures, tenté de négocier avec elle pour la convaincre de se rendre. Mais l’individu est « sorti de son véhicule avec une arme, et a été interpellé par les forces de l’ordre », a affirmé le FBI dans un communiqué, ajoutant qu’il avait été « blessé et emmené à l’hôpital ».

La sécurité a été renforcée

Plus tôt, un porte-parole de la CIA avait déclaré que l’agence était informée de la situation à l’extérieur du périmètre sécurisé du complexe, à plusieurs centaines de mètres du bâtiment principal. « Notre complexe reste sécurisé et nos agents chargés de la sécurité sont les seuls employés de l’agence directement impliqués », avait-il indiqué.

La sécurité du siège de la CIA a été renforcée ces dernières années. Celui-ci se trouve à Langley, en Virginie, près d’une route très fréquentée.

En 1993, Mir Aimal Kansi, un Pakistanais, avait tué deux employés de l’agence et blessé trois autres, en leur tirant dessus alors qu’ils étaient dans leurs voitures et attendaient d’entrer dans le complexe. Il s’était enfui au Pakistan, où il avait été arrêté après une traque de plus de quatre ans. Extradé vers les États-Unis, il avait été condamné à mort, puis exécuté en 2002.